Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Catherine Kerbrat-Orecchioni, dir., S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français

Chambéry, Éd. de l’université de Savoie, coll. Langages, 2010, 380 pages
Vlad Dobroiu
p. 333-335
Référence(s) :

Catherine Kerbrat-Orecchioni, dir., S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français, Chambéry, Éd. de l’université de Savoie, coll. Langages, 2010, 380 pages

Texte intégral

1Sous la direction de Catherine Kerbrat-Orecchioni, le volume S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français, paru en 2010, réunit douze contributions, y compris l’introduction (pp. 7-30) et le bilan (pp. 335-372) qui sont signés par la coordinatrice elle-même. Le volume a été réalisé sous l’égide de l’université de Savoie dans le cadre du laboratoire Langages, littératures, sociétés. Catherine Kerbrat-Orecchioni est professeure émérite à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Interactions, corpus, apprentissages, représentations (Icar).

2L’analyse des termes d’adresse (ta) représente un thème assez récurrent dans les ouvrages de Catherine Kerbrat-Orecchioni. Par exemple, elle a réalisé une analyse antérieure de ceux-ci dans le second tome des Interactions verbales (Paris, A. Colin, 1992). Dans ce volume, l’auteure résume les principales théories concernant le système de l’adresse et présente plusieurs aspects et fonctions de ce type de termes. En plus, elle relève leur importance pour la construction des relations interpersonnelles et les rapports entre les interactants à l’occasion d’un dialogue. Elle montre aussi que, à part leur valeur déictique, les termes d’adresse ont une forte valeur relationnelle (pp. 15-37). Elle fait également des observations concernant les termes d’adresse français d’un point de vue interculturel.

3Le système de l’adresse en français a une structure dichotomique, car il comporte non seulement les pronoms personnels, mais aussi les formes nominales d’adresse qui, comme l’indique le sous-titre Les formes nominales d’adresse en français, sont l’objet principal du présent ouvrage. Les situations et les types d’interactions étudiés dans le volume sont très divers : conversations familières (pp. 31-61), échanges en réunion de travail (pp. 63-87), interactions en contexte didactique (pp. 89-141), interactions en contexte politique (pp. 143-200), échanges en contexte médiatique (pp. 201-334). Cependant, la méthodologie mise en œuvre est très cohérente ; et ce, à partir de l’enregistrement et de la transcription des données sélectionnées.

4Dans l’introduction (pp. 7-30), Catherine Kerbrat-Orecchioni met en évidence l’importance de l’analyse des formes d’adresse pour l’étude des interactions, étant donné que ces formes mettent au jour la relation interpersonnelle qui existe entre les coénonciateurs et retracent l’espace social de l’interaction. En outre, l’auteure tient à se démarquer des sociolinguistes et essaie de clarifier, dans une perspective pragmatique et interactionnelle, les problématiques de l’iloiement et des formes nominales d’adresse (fna). En général, celles-ci ont la fonction de désigner, catégoriser et spécifier certaines propriétés de l’allocutaire. La plus grande partie de l’introduction est réservée à l’analyse des caractéristiques (fréquence, formes, valeurs et fonctions) que les fna acquièrent le plus souvent dans les interactions orales. Ainsi l’introduction concourt-elle à tracer le cadre théorique et à établir les choix terminologiques pour l’ensemble des contributions du volume.

5Emmanuel Defay signe le deuxième article, « Les formes nominales d’adresse dans les conversations familières » (pp. 31-62), et vise à montrer le rôle organisationnel des fna dans les interactions familières. De plus, il présente un certain nombre de fonctions sémantico-pragmatiques des fna. En faisant appel aux transcriptions de 61 interactions authentiques, produites dans un environnement quotidien, dont 31 servent de base à l’étude en question, l’auteur souligne que les fna sont plus fréquentes et diverses dans le cadre familier, moins contraignant, que dans le cadre des services et commerces.

6Dans « Emplois stratégiques des formes nominales d’adresse au sein de réunions de travail » (pp. 63-87), Virginie André met en évidence les fonctions des fna dans les interactions appartenant à ce genre de discours, tout en prêtant une attention spéciale à la problématique de l’identité plurielle. Mettant à profit un corpus de 16 réunions de travail en entreprise, cette étude passe en revue les différents types de fna et leurs valeurs pragmatiques actualisées dans ce contexte.

7Écrit par Nathalie Francols, « Les formes nominales de l’adresse dans l’interaction entre maître et élèves à l’école primaire » (pp. 89-116) aborde une autre sphère d’activité qu’est le milieu scolaire. Dans ce cadre communicationnel, les fna occupent une fonction très importante, surtout dans les séquences d’échanges dissymétriques et hiérarchiques. Le but de cet article est de montrer comment les interactants, situés dans ce cadre participatif, utilisent les fna et pour quelles raisons exactement – qu’il s’agisse de redéfinir les positions qu’ils occupent l’un envers l’autre ou, au contraire, de changer le climat socio-affectif.

8À l’instar de la contribution précédente, celle de Maryline Mathoul, « Rôles et valeurs des formes nominales d’adresse en milieu scolaire : le cas des résolutions de conflit » (pp. 117-141), examine, d’un côté, le positionnement et les types de formes d’adresse utilisées par les élèves d’un collège semi-rural et par la conseillère principale d’éducation (l’auteure même), de l’autre côté, les valeurs et les rôles de ces fna, relevées dans sept séquences d’échanges. Les échanges oraux ont été parfois soumis à une certaine pression interactionnelle, surtout pour des raisons d’efficacité et de limitation de temps.

9En ce qui concerne les deux articles suivants, « Les formes nominales d’adresse dans les “Questions orales au Gouvernement” : de la syntaxe aux effets de sens » (pp. 143-168) de Catherine Détrie et « Des formules rituelles de l’adresse au conflit verbal personnalisé dans l’espace parlementaire » (pp. 169-200) de Francesca Cabasino, ils abordent un autre genre de discours comportant un cadre plus contraignant et ritualisé : le débat politique. Le plus souvent, ce dernier dispose d’une scénographie préétablie de l’adresse. Si Catherine Détrie s’intéresse aux syntaxes interne et externe des fna, à leur place dans l’énoncé et aux effets de sens, Francesca Cabasino met en évidence le niveau de négociabilité des confrontations en séquences d’échanges, analysées surtout à partir de leur configuration trilogale.

10Le huitième et le neuvième article « “On va parler au ministre, on va parler au vétérinaire aussi. Bonsoir, Hélène Jouan et bonsoir aux auditeurs de France Inter” : les formes nominales d’adresse dans les interviews politiques radiophoniques » d’Anna Giaufret (pp. 201-223) et « L’emploi des formes nominales d’adresse dans le phone-in “Radiocom, c’est Vous” » (pp. 225-247), signé par Elisa Ravazzolo, analysent l’usage des fna dans quelques émissions radiophoniques. Le huitième article a comme point de départ huit enregistrements audio de l’émission Le Franc-parler et se consacre à l’étude des occurrences classiques des fna et des occurrences (directes, hybrides et indirectes) qui détiennent une fonction pragmatique d’adresse, sans prendre en considération les indices paraverbaux. De manière analogue, la contribution d’Elisa Ravazzolo envisage les types et les fonctions des fna en tant que « relationèmes », c’est-à-dire dans une perspective pragmatique et interactionnelle.

11Hugues Constantin de Chanay et Dominique Lagorgette analysent deux émissions télévisuelles. Dans « Adresses adroites. Les fna dans le débat Royal-Sarkozy du 2 mai 2007 » (pp. 249-294), Hugues Constantin de Chanay remarque que le débat en question contient presque le double des fna utilisées pendant les débats présidentiels antérieurs. Il les examine en tenant compte de leur nature et du contexte d’apparition afin de mettre au jour, d’une part, leur rôle argumentatif, interactionnel, et, d’autre part, leur rôle dans la construction de l’ethos des participants à l’interaction. Dans « “Mesdemoiselles, voilà les tentateurs”. Termes d’adresse et insultes dans l’Île de la tentation, saison 7 (2008) » (pp. 295-334), Dominique Lagorgette étend le champ d’investigation des formes d’adresse aux pronoms personnels qui comportent une fonction vocative.

12« Bilan » (pp. 335-372) est la dernière contribution du volume. Ici, Catherine Kerbrat-Orecchioni dégage les conclusions générales sur les thèmes proposés dans l’introduction, c’est-à-dire la dichotomie entre adresses directe et indirecte, la fréquence, les formes et les fonctions des fna. Ainsi, ayant comme point de départ les théories de Danielle André-Larochebouvy (La Conversation quotidienne, Paris, Didier/Créatif, 1984), Friederike Braun (Terms of address. Problems of patterns and usage in various languages and culture, Berlin, Mouton/de Gruyter, 1988) et Delphine Perret (« Termes d’adresse et injures », Cahiers de lexicologie, 12, 1968, pp. 3-14 ; « Les appellatifs. Analyse lexicale et actes de parole », Langages, 17, 1970, pp. 112-121), le recueil se propose de réactualiser les données relatives au fonctionnement des fna dans le français contemporain.

13En conclusion, vu que les auteurs du présent volume suivent les choix terminologiques proposés par Catherine Kerbrat-Orecchioni dans l’introduction, le lecteur a besoin d’une minimale initiation dans la pragmatique des interactions verbales pour aboutir à une compréhension correcte de la plupart des articles. Le volume s’adresse donc aux spécialistes en analyse du discours, mais présente un grand intérêt pour les chercheurs d’autres domaines également, surtout la didactique, où le fonctionnement des formes nominales d’adresse a une relevance particulière. Enfin, il convient de mentionner que le système de l’adresse a aussi suscité l’intérêt d’autres chercheurs, comme en témoignent plusieurs travaux, dont ceux réunis dans le volume Tu ou Vous : l’embarras du choix (Bert Peeters, Nathalie Ramière, éds, Limoges, Lambert-Lucas, 2009) portant sur l’emploi des pronoms d’adresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vlad Dobroiu, « Catherine Kerbrat-Orecchioni, dir., S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français », Questions de communication, 28 | 2015, 333-335.

Référence électronique

Vlad Dobroiu, « Catherine Kerbrat-Orecchioni, dir., S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10227

Haut de page

Auteur

Vlad Dobroiu

CLRAD, Universitatea « Babeş-Bolyai » Cluj-Napoca; ROM-400091
dobroiuvlad@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page