Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours

Paris, H. Champion, coll. Bibliothèque de grammaire et de linguistique, 2014 [2005], 284 pages
André Horak
p. 330-331
Référence(s) :

Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours, Paris, H. Champion, coll. Bibliothèque de grammaire et de linguistique, 2014 [2005], 284 pages

Texte intégral

1Commençons ce compte rendu par une remarque sur l’année de parution de Pragmatique des figures du discours de Marc Bonhomme. La maison d’édition Honoré Champion se limite à indiquer que cet ouvrage date de 2014, sans préciser qu’il s’agit d’une réimpression du volume paru en 2005 (celui-ci n’étant mentionné que sur la liste des « dernières parutions dans la collection », p. 4). Pourtant, cette information est capitale. N’ayant été ni revu ni augmenté, l’ouvrage de 2014 ne peut pas faire référence aux nombreuses publications pragmatiques sur les figures du discours – par exemple, sur l’euphémisme, la litote et l’hyperbole – parues depuis 2005. La présente note de lecture en tient compte. Elle considère le volume examiné comme un livre de 2005, sans renoncer à évaluer son utilité d’un point de vue actuel.

2Ce livre est original en étudiant les figures, analysées d’un point de vue notamment rhétorique avant 2005, dans une perspective pragmatique. En particulier, il se concentre sur les rôles des figures en contexte plutôt que sur leurs définitions. Il est divisé en deux parties, dont chacune comprend quatre chapitres.

3Intitulée « Pragmatique énonciative des figures » (pp. 13-149), la première partie présente de nouvelles théories sur la production et la réception de la figuralité en général, illustrées très clairement à travers l’analyse de nombreux exemples littéraires et journalistiques.

4Au chapitre 1 (pp. 15-49), Marc Bonhomme propose, d’un côté, une synthèse critique des études traditionnelles – publiées par des érudits comme Quintilien, Antoine Fouquelin ou Pierre Fontanier – qui assimilent les figures à des écarts par rapport à des normes discursives. D’un autre côté, il présente une « approche ex positivo » (p. 23) des figures, qui les fait apparaître comme des schèmes saillants et relatifs.

5Portant sur leurs « paramètres discursifs » (p. 51), le chapitre 2 (pp. 51-73) montre que les figures sont multidimensionnelles. Ainsi peuvent-elles être à la fois syntaxiques et sémantiques, ou encore morphologiques et référentielles. Souvent, plusieurs d’entre elles s’actualisent par l’intermédiaire d’un même segment discursif, créant une « hybridation » (p. 56) figurale. En outre, les figures se définissent par leurs types d’émergence. Certaines reposent sur une saillance ponctuelle (l’ellipse, le mot-valise, l’euphémisme, etc.), d’autres sur une saillance régulière provoquée par plusieurs éléments lexicaux (l’anaphore rhétorique, la gradation, le chiasme, etc.).

6Le chapitre 3 (pp. 75-99) se focalise sur la réception et le repérage des figures. Il met en relief trois types de réception. Premièrement, Marc Bonhomme parle d’une réception « inactivée » (p. 76) lorsqu’un destinataire ne perçoit pas la figuralité d’un énoncé. Deuxièmement, une réception est « empathique » (p. 76) quand un destinataire remarque la nature figurale d’un segment discursif, sans s’interroger sur celle-ci au niveau théorique. Troisièmement, il y a réception « rationalisée » (p. 78) au moment où un récepteur réfléchit sur la figuralité d’un énoncé, après l’avoir reconnue. L’auteur examine également les indices métadiscursifs et discursifs (structuraux et positionnels) permettant l’identification des figures, avant d’appliquer sa théorie dans une étude de cas sur l’hyperbate.

7Le chapitre 4 (pp. 101-149) se concentre sur l’interprétation des figures. Les sens de ces dernières peuvent être « calculés » (p. 102) au moyen de deux sortes d’inférences. D’une part, les inférences énonciatives concernent les aspects communicationnels du discours figuré ; d’autre part, les inférences encyclopédiques sont liées à son contenu. Dans la pratique, ces deux sortes d’inférences sont interdépendantes. Au même chapitre, l’auteur différencie trois variétés d’interprétation, dont la première est « fermée » (p. 134). C’est-à-dire que cette interprétation est tellement évidente qu’elle s’impose au récepteur. La deuxième variété est « limitative » (p. 136), le récepteur ayant une liberté d’interprétation restreinte. Quant à la troisième interprétation, elle est « ouverte » (p. 137) ou pratiquement libre. Par ailleurs, Marc Bonhomme signale que les interprétations des producteurs et celles des destinataires ne sont pas toujours concordantes ou universellement acceptées.

8La seconde partie de l’ouvrage (pp. 151-255) s’occupe de la « Pragmatique fonctionnelle des figures » (p. 151). Elle s’ouvre par le chapitre 5 (pp. 153-201) qui examine la fonctionnalité des figures. Plus précisément, l’auteur constate que celle-ci repose sur une série de facteurs illocutoires. Par la suite, il décrit les fonctions « prédominantes » (p. 162) des figures, à savoir les fonctions esthétique, phatique, pathémique, cognitive et argumentative. Enfin, le lecteur apprend qu’une expression figurée peut être unifonctionnelle ou plurifonctionnelle.

9Les chapitres 6 à 8 sont nettement différents de ceux qui les précèdent, en ce qu’ils s’intéressent notamment à l’analyse de discours concrets. En d’autres termes, ils soulignent l’applicabilité des théories pragmatiques à l’étude des figures. Concrètement, le chapitre 6 (pp. 203-219) analyse les fonctions argumentatives de la métonymie chez Voltaire. Au chapitre 7 (pp. 221-237), Marc Bonhomme s’interroge sur les valeurs axiologiques de la métaphore publicitaire. Finalement, le chapitre 8 (pp. 239-255) explique le fonctionnement complexe de l’euphémisme dans la presse écrite.

10Tout compte fait, Pragmatique des figures du discours est sans doute resté un ouvrage de référence en la matière, malgré sa première date de publication. Il se distingue surtout par son application de nouvelles théories linguistiques, fondamentalement pragmatiques, à un domaine de recherche ancien : celui des figures du discours. En outre, il établit des liens à la fois utiles et judicieux entre la théorie et la pratique. Bref, il s’agit d’un livre exigeant (son langage est fréquemment technique) dont un spécialiste des figures du discours souhaitant réviser et approfondir ses connaissances ne peut que profiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Horak, « Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours », Questions de communication, 28 | 2015, 330-331.

Référence électronique

André Horak, « Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10219

Haut de page

Auteur

André Horak

Université de Berne, CH-3000
andre.horak@rom.unibe.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page