Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean Peneff, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2014, 154 pages
Pierre Leroux
p. 321-322
Référence(s) :

Jean Peneff, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2014, 154 pages

Texte intégral

1« Expliquer Becker à ceux qui ne le connaissent pas ; interpréter l’unité de sa démarche pour ceux qui l’ont lu de manière éparpillée – car tous ses livres ne sont pas traduits et quelques articles ou notes dispersés dans des revues – telles sont les raisons de présenter les idées du plus français des sociologues américains » écrit Jean Peneff (p. 7) dans le préambule du synthétique ouvrage qu’il consacre à Howard S. Becker. Professeur émérite et largement connu à travers son travail ethnographique, Jean Peneff aborde l’œuvre du sociologue américain sous trois principaux aspects que l’on retrouve tout au long de l’ouvrage : le rapport entre son travail sociologique et sa biographie (notamment le sociologue et musicien dans l’école de Chicago sur lequel insiste le sous-titre de l’ouvrage, mais pas seulement) ; l’œuvre du sociologue à proprement parler (avec bien sûr une bibliographie complète, puisqu’il a beaucoup publié, qu’il continue à le faire, et que l’ensemble de son œuvre n’est pas traduit en français) ; enfin, les enseignements qu’on peut en tirer, sur le plan du travail d’enquête de terrain, mais aussi sur l’approche de la sociologie, la compréhension d’univers sociaux et le travail académique en général. Le nom et l’œuvre d’Howard S. Becker sont certes bien connus au-delà de la sociologie, mais Jean Peneff souligne la spécificité de leur réception en France en soulignant le fait que l’auteur « fut successivement connu comme […] le sociologue de la déviance, […], le sociologue des professions de l’art […], le testeur d’idées, l’inventeur de forme » (pp. 21, 22) la retraite venue.

2Si l’ouvrage de Jean Peneff témoigne de l’admiration qu’il lui porte, il n’est pas un portrait empesé et intimidant d’un grand sociologue (bien que sa biographie – pianiste la nuit, étudiant à l’université le jour, docteur à 23 ans rapidement reconnu par ses pairs, et auteur d’une œuvre imposante – ait dès le début de quoi impressionner). Le livre est plutôt, et c’est tout son intérêt, une invitation à suivre Howard S. Becker sur les pistes qu’il a ouvertes, fidèle en cela à l’ouverture d’esprit qu’il prône : « Il ne fait pas de la sociologie la “mère” des sciences, au-dessus de la mêlée […], il combat le scientisme incarné particulièrement dans nos pratiques élastiques de la preuve. Il s’attaque aux symboles monumentaux et aux croyances naïves en mettant sur le même plan, les matériaux de recherches, les graphismes, photos, tableaux, statistiques, langages techniques, notes de terrain ou autres instruments. Ce faisant, il a changé nos thématiques traditionnelles et a modifié notre manière de regarder les arts, les sciences et les lettres » (p. 13). L’ouvrage n’est donc pas animé par le projet académique de chercher à unifier le travail du sociologue dans une théorie d’ensemble, ni de prétendre synthétiser ses principaux apports ; il est animé par la volonté de faire partager sous une forme non dogmatique ce qu’Howard S. Becker peut apporter (« dans chaque livre on trouve une grande idée et ses ramification buissonnantes », p. 25) en insistant sur un rapport au monde, une logique d’invention, une créativité qui est l’essence même de son travail : « Cela concerne évidemment ceux qui veulent obtenir un diplôme de sociologie, mais aussi ceux qui veulent la pratiquer librement, qui veulent s’exercer à analyser la vie ordinaire, qui veulent se fournir en explicitations au-delà des ressources familières de compréhension du monde qui nous entoure » (p. 18). Une des forces d’Howard S. Becker est de remettre en cause les routines, les frontières académiques, les évidences et hiérarchies établies, non par principe mais pour se donner une chance d’avancer dans la compréhension de la société, ce qui donne à son œuvre une actualité et une résonnance qui va au-delà du seul travail de recherche : « Toutes les conditions pour discuter des droits et devoirs du sociologue dans l’intervention publique, de sa mission professionnelle, de son vécu pédagogique nous conduisent par conséquent à sa lecture » (p. 20). De sorte que, écrit Jean Peneff, « si quelqu’un nous demande, vrai ou faux naïf, à quoi sert Becker ? On dira sans hésiter “À nous libérer !” » (p. 30).

3Le plan de l’ouvrage permet de revenir en quelques chapitres sur les éléments les mieux connus du travail de l’auteur : le sociologue du travail (pp. 31-61) ; les « mondes » (organisations, institutions, professions, pp. 63-82) ; pragmatisme, interactionnisme (pp. 83-98) ; dans une analyse critique qu’Howard S. Becker donne lui-même de son travail et de ses limites : pas de construction d’une théorie générale, refus d’un dogmatisme méthodologique stérilisant) ; ambiguïté et réductionnisme de l’étiquette « interactionniste » (« Nous sommes tous des interactionnistes puisque la substance sociologique est le relationnisme, le comparatisme, le relativisme » (p. 96), mais « cette catégorie est devenu un fourre-tout » (ibid.) qui n’apporte rien à la compréhension du travail de l’auteur (il est « un interactionniste sensible aux conditions collectives et mouvantes d’un travail créateur » résume Jean Peneff, p. 132).

4Les deux derniers chapitres complètent de façon originale le panorama des apports d’Howard S. Becker. Un chapitre intitulé « Pédagogie : les idées du professeur Becker » (pp. 99-117) livre un aspect moins connu du sociologue, sauf peut-être pour les lecteurs français, sur le plan des conseils méthodologiques contenus dans les ouvrages pratiques Écrire les sciences sociales (trad. de l’américain par Patricia Fogarty et Alain Guillemin, Paris, Éd. Economica, [1986] 2004), et Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales (trad. de l’américain par Jacques Mailhos, Paris, Éd. La Découverte, [1988] 2002). Howard S. Becker a été un enseignant dont les pratiques pédagogiques étaient en accord avec ses principes de recherche : volonté de partager sa conception du travail et de former des dispositions à la fois ouvertes (comme en témoigne ses réflexions sur l’engagement et le niveau de participation de l’observateur) et critiques chez ses étudiants, refus de la posture du maître donneur de leçons, de la scolastique (ses « leçons » partent de ses observations ou du travail effectué par ses étudiants), modestie de l’approche (de l’observation à l’écriture) pour se donner quelque chance de compréhension approfondie : « En citant encore une fois Hugues, je dirai que la sociologie ne découvre pas des choses que personne n’aurait connues auparavant [, ] il n’est pas du tout question de dévoiler ce qui serait caché, mais de trouver quelque chose de plus au sens d’aller dans tel endroit où d’autres gens ne sont peut-être pas allés […]. Ce n’est donc pas une démarche extraordinaire, magique, et il n’y a pas le moindre besoin de vocabulaire ésotérique » déclare le sociologue américain (p. 115). Intitulé « Becker en France » (pp. 119-132), le dernier chapitre analyse différents aspects du rapport d’Howard S. Becker (ses publications, sa réception, son « usage ») à l’univers académique français. Ici, Jean Peneff livre des points de vue plus personnels : pointant certaines limites du travail du chercheur (les questions et les « mondes » qu’il n’a pas étudiés, l’absence d’une théorie générale), il souligne aussi les aspects les plus stérilisants du système académique français que ce soit sur le plan de la formation ou de la sélection des étudiants (« La sociologie n’a pas intérêt à être normalisée et donc ne peut devenir “Normalienne” […]. Le savoir par l’expérience raisonnée de Becker […] s’oppose au cumul livresque, à l’apprentissage d’une écriture confuse pour réussir aux examens » (p. 123). En conclusion (pp. 133-134), reste à Jean Peneff (p. 133) d’inviter à (re)lire Howard S. Becker et à en profiter pour « libérer la socio ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Jean Peneff, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago », Questions de communication, 28 | 2015, 321-322.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Jean Peneff, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10202

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

Crape, Uco/Unam, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page