Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Stanislas Jeannesson, La Guerre froide

Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2014 [2002], 125 pages
Christoph Brüll
p. 317-319
Référence(s) :

Stanislas Jeannesson, La Guerre froide, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2014 [2002], 125 pages

Texte intégral

1Qu’est-ce que la Guerre froide ? Dans un compte rendu d’un ouvrage sur l’imaginaire du conflit (David Eugster, Sibylle Marti, Hrsg., Das Imaginäre des Kalten Krieges. Beiträge zu einer Kulturgeschichte des Ost-West-Konfliktes in Europa, Essen, Klartext, 2015), l’historien allemand Jan Hansen répond à cette question en évoquant une guerre qui a « moins eu lieu sur des champs de bataille que, surtout, dans les têtes des hommes. Elle reposait sur la force de l’imagination et a été la plus présente là où les contemporains se sont laissés guider par les images de l’ennemi » (nous traduisons, accès : http://www.hsozkult.de/​publicationreview/​id/​rezbuecher-22992, consulté le 02/07/15). Dans un autre compte rendu du même ouvrage, Klaas Voß confirme qu’il s’agit là d’une observation légitime, mais précise qu’il serait tout aussi correct d’écrire que « la Guerre froide n’était pas une guerre imaginaire. Elle s’est jouée sur les champs de bataille de presque 150 guerres chaudes et conflits qui ont coûté la vie à env. 20 millions d’hommes. Elle reposait sur des intérêts géopolitiques et économiques manifestes et a été la plus présente là où les contemporains voyaient leurs objectifs stratégiques menacés » (accès : http://www.sehepunkte.de/​2015/​09/​26381.html, consulté le 15/09/15). Stanislas Jeannesson est incontestablement conscient de ces deux dimensions du conflit Est-Ouest qui a dominé la deuxième moitié du xxe siècle. Sans négliger complètement la mobilisation culturelle qui caractérise la « guerre imaginaire », il privilégie une analyse qui considère la Guerre froide à travers l’histoire des relations internationales.

2La réalisation d’un ouvrage d’introduction relève toujours de la gageure. Par l’obligation inhérente à l’exercice de se concentrer sur l’essentiel et de devoir laisser de côté certains aspects, les auteurs s’exposent à une critique plutôt facile. C’est pourquoi nous voudrions d’emblée nous acquitter de notre principale critique de l’ouvrage. Si Stanislas Jeannesson réalise un ouvrage qui correspond à l’état de la recherche le plus récent sur la place de la Guerre froide dans l’histoire des relations internationales – les mises à jour bibliographiques par rapport à la première édition de 2002 y sont nombreuses –, nous regrettons qu’il n’accorde que peu d’importance à l’évolution historiographique relative au conflit. Certes, les allusions à l’historiographie révisionniste (des années 60) et son rejet des thèses du diplomate américain George F. Kennan sur les origines de la Guerre froide (imputées à la politique agressive de l’urss) sont bien présentes. Toutefois, ce qu’on appelle l’interprétation post-révisionniste de la fin des années 70 (liée à des noms comme Wilfried Loth ou Daniel Yergin) n’est pas identifiée comme telle, alors que l’auteur semble s’inscrire plutôt dans cette veine dont les premières hypothèses (la Guerre froide comme résultat de mauvaises appréciations réciproques) ont souvent été confirmées par les archives consultables depuis 1990. La question assez générale de savoir si des enjeux historiographiques sont souvent les premiers à faire les frais de l’espace réduit de ce type d’ouvrage mérite d’être soulevée pour ce livre en particulier. Toutefois, il faut bien concéder que la retenue dont fait preuve Stanislas Jeannesson à cet égard constitue un avantage pour le reste de l’ouvrage où elle se transforme en une hauteur de vue qui place toujours l’argument devant la passion que le conflit idéologique qu’était (surtout) la Guerre froide peut toujours provoquer.

3Après une courte introduction (pp. 3-4) qui explique pourquoi la Guerre froide était un type de conflit qui « sort des affrontements traditionnels » (p. 3), le livre est divisé en cinq chapitres principaux dont le classement est chronologique – « Les origines de la Guerre froide » (pp. 5-33) ; « Guerre froide et coexistence pacifique (1948-1962) » (pp. 35-58) ; « Réalités et illusions de la détente (1962-1977) » (pp. 59-82); et « La fin de la Guerre froide » (pp. 83-96) – et transversal pour le dernier – « Le système de la Guerre froide » (pp. 97-114). La brève conclusion (pp. 115-116) fournit des réflexions sur la durée du conflit et sur le monde post-1990, soulignant notamment pourquoi les tensions actuelles entre la Russie et le monde occidental ne peuvent pas être comparées avec les affrontements idéologiques de la Guerre froide (p. 116). Dans chaque chapitre, le lecteur trouve des cartes ou tableaux, des explications sur un événement ou un extrait de source qui contribuent à éclairer le propos.

4Le premier chapitre étudie la mise en place du conflit en 1947-1948, conflit dont on ignore encore quelle forme il pourrait prendre : nouvelle guerre ou forme « plus maîtrisée » (p. 33). Dès ce chapitre, deux avantages majeurs du livre ressortent. D’un côté, Stanislas Jeannesson fait preuve d’un souci de détail très rare dans ce type d’ouvrage, qui est par ailleurs doublé d’une belle précision. Ainsi, plutôt que de perdre le lecteur, on lui fournit des données géostratégiques nécessaires à la compréhension de la tournure que prendra l’affrontement en Europe et ailleurs. D’un autre côté, l’auteur propose une analyse particulièrement fine de la position soviétique, ce qui permet de comprendre le champ de tension (et non pas nécessairement l’opposition) entre les intérêts sécuritaires et le rôle de leader d’une révolution potentiellement mondiale.

5Le deuxième chapitre retrace l’évolution entre la crise de Berlin de 1948-1949 et la crise de Cuba de 1962. Si l’objectif n’est pas d’apporter de nouveaux éléments, le propos est très clair et met en évidence le déplacement du conflit sur d’autres terrains (et notamment en Asie), tout en analysant les perceptions à Washington et Moscou – avec un accent mis sur l’ère poststalinienne. La crise des missiles est considérée comme le « paroxysme » et le « grand tournant » de la Guerre froide, le désastre a pu être évité parce que les deux leaders de bloc étaient « conscients du danger » (p. 58).

6La lecture des seuls sous-titres du chapitre consacré aux années 1962-1977 montre déjà la dimension globale de la Guerre froide. L’influence du conflit Est-Ouest sur la décolonisation, le conflit israélo-palestinien, mais aussi sur les rivalités internes au camp communiste y apparaissent très clairement. Les luttes stratégiques entre l’urss et la Chine de Mao Zedong y occupent une place très importante – avec à nouveau le souci de considérer ce qui relève de l’idéologie et ce qui concerne plutôt les intérêts sécuritaires, notamment les espaces frontaliers. La guerre du Vietnam est exposée aussi bien dans ses conséquences sur le terrain que dans celles pour la société américaine et pour la contestation de la puissance américaine sur le continent sud-américain. Une large part revient finalement aux différentes initiatives qui rangent sous la désignation détente, de l’Ostpolitik ouest-allemande à la conférence d’Helsinki. Toutefois, à la fin du chapitre, l’auteur doit (logiquement) constater que les contradictions de cette politique auront finalement raison d’elle.

7Le lecteur peut être surpris de voir commencer la dernière période de la Guerre froide précisément au moment où d’autres introductions évoquent (dans le contexte des événements de 1979-1981) plutôt une « deuxième guerre froide » ou le « retour à la confrontation » (par exemple, Bernd Stöver, Der Kalte Krieg, Munich, C. H. Beck, 2003). En posant ce choix, Stanislas Jeannesson est cohérent en ce que tout l’ouvrage met l’accent sur le surmenage dans lequel vivait alors l’urss qui – alors qu’il n’était pas nécessairement identifié comme tel par beaucoup d’observateurs occidentaux – mènera à la décomposition du « bloc » de l’Est. En revanche, la décision de ne pas aborder du tout dans ce chapitre l’effondrement final de l’urss en 1991 est peu compréhensible.

8Le dernier chapitre, « Le système de la Guerre froide » est particulièrement réussi. Deux éléments y sont traités : la Guerre froide comme guerre mobilisatrice et la question nucléaire. Stanislas Jeannesson analyse ici (davantage que dans les chapitres précédents) la mobilisation culturelle – la guerre imaginaire – dans les deux « camps ». Sans l’énoncer explicitement, il montre que ce conflit, même s’il avait pris une nouvelle forme, était bel et bien une sorte de guerre totale. Au cœur de celle-ci, se trouve la question nucléaire et, en corollaire, de la dissuasion que l’auteur analyse avec beaucoup de finesse et de lucidité en quelques pages (pp. 110-114).

9Après la lecture de cet ouvrage utile et même inspirant, tout triomphalisme historiographique (le We now know d’un John L. Gaddis, Oxford, Oxford University Press, 1997) s’interdit de lui-même, tant des questions sur l’héritage stratégique et mémoriel de cette époque – qui semble à la fois si proche et si lointaine – restent ouvertes. De même, le chapitre sur le « système de Guerre froide » ne laisse rien de la nostalgie de ceux qui croient aujourd’hui que la Guerre froide était une période de stabilité et de clarté du système politique international. Même si l’on peut penser avec Stanislas Jeannesson que le risque d’une confrontation nucléaire apparaît plus important depuis la fin du système bipolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph Brüll, « Stanislas Jeannesson, La Guerre froide », Questions de communication, 28 | 2015, 317-319.

Référence électronique

Christoph Brüll, « Stanislas Jeannesson, La Guerre froide », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10196

Haut de page

Auteur

Christoph Brüll

Université de Liège, BE-4000
Christoph.Brull@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page