Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Victor Hugo, Hugo journaliste. Articles et chroniques

Éd. prés. par Marieke Stein, Paris, Flammarion, coll. Garnier-Flammarion, 2014, 464 pages
Yves Laberge
p. 315-317
Référence(s) :

Victor Hugo, Hugo journaliste. Articles et chroniques, Éd. prés. par Marieke Stein, Paris, Flammarion, coll. Garnier-Flammarion, 2014, 464 pages

Texte intégral

1Cette anthologie rassemble 69 articles, transcriptions de discours, lettres, journaux et pamphlets politiques rédigés par Victor Hugo (1802-1885) entre 1819 et 1878. Génie surtout connu et célébré pour son théâtre, sa poésie et ses romans, l’auteur de Notre-Dame de Paris (1831), d’Hernani, ou l’honneur castillan (1830) et de Napoléon le Petit (1852), il n’en a pas moins été député et, par conséquent, un tribun redoutable. Certains des textes réunis avaient déjà été publiés ailleurs, parfois même du vivant de l’écrivain, mais, comme l’indique son titre, l’avantage de ce nouveau recueil est de montrer – pour la première fois en un seul volume de format de poche – la dimension journalistique de l’œuvre hugolienne.

2Le premier quart (pp. 51-200) regroupe des écrits de jeunesse ; le prolifique Victor Hugo n’avait pas encore 20 ans lorsqu’il commença à écrire, à partir de 1819, des critiques littéraires et théâtrales, mais aussi des chroniques dans Le Conservateur littéraire, journal à périodicité variable qu’il avait cofondé avec ses frères Abel et Eugène (pp. 53-125). Ce faisant, Victor Hugo réaffirme l’importance du compte rendu dans le domaine des livres et des spectacles donnés par des auteurs français de son temps dont Alphonse de Lamartine, André Chénier, Jacques Royau, Pierre Antoine Lebrun ou encore quelques dramaturges anonymes. Mais l’auteur ne s’intéresse pas uniquement à la littérature et au théâtre. Éco-citoyen avant la lettre, il se préoccupe d’urbanisme et surtout du délabrement du patrimoine médiéval de la France qui n’était pas toujours restauré. Dans un article daté d’août 1829 (intitulé « Sur la destruction des monuments en France »), il cite en particulier la destruction des deux anciennes tours attenantes à l’Église Saint-Germain-des-Prés, mais aussi la transformation d’anciens châteaux en casernes militaires, tout en s’attristant des tendances de l’architecture de son temps : « Tandis que l’on construit à grands frais je ne sais quels édifices bâtards qui, avec la ridicule prétention d’être grecs ou romains en France, ne sont ni romains ni grecs, d’autres édifices, admirables et originaux, tombent sans qu’on daigne s’en informer, et leur seul tort cependant, c’est d’être français, par leur origine, par leur histoire et par leur but » (p. 194).

3La partie centrale (pp. 205-305) regroupe une multitude de lettres ouvertes, appels au peuple, prises de position et discours politiques du député Victor Hugo que Marieke Stein considère comme rédigés pour être publiés et diffusés à grande échelle (et pas seulement prononcés à l’Assemblée), afin de rejoindre le plus grand nombre : « L’éloquence de Victor Hugo est conçue pour la presse bien plus que pour la seule Assemblée, et la volonté d’une éloquence à destination du peuple détermine toute son activité oratoire » (p. 32). Contre la censure et pour la liberté de presse, Victor Hugo ne cesse de réaffirmer l’importance de ces deux principes, particulièrement sous le règne de Napoléon III (pp. 213, 228). Lui-même a souvent fait face à la censure : dans la retranscription intégrale de son appel aux habitants de l’île de Jersey, le texte de Victor Hugo sur l’abolition de la peine de mort met en évidence les passages ayant été censurés dans le journal jersiais L’Homme en 1854 (pp. 308-318). En 1878, Victor Hugo rédige un mot d’encouragement lors de la création d’un nouveau journal lillois, Le Petit Nord ; dans une prose rythmée, il en énonce la noble mission telle qu’il la perçoit : « Servir le pauvre, aider le faible, renseigner le citoyen, affermir la République, en un mot, agrandir la France, déjà si grande, tel sera votre but ; d’avance j’applaudis » (p. 305).

4Regroupés pour la plupart dans le dernier tiers dans une section intitulée « La presse, tribune politique », les écrits d’exil (entre 1851 et 1870) de Victor Hugo sont souvent des combats politiques, des plaidoyers en faveur d’un condamné ou des demandes de clémence auprès des autorités – jamais pour lui-même, mais souvent pour gracier des proscrits ou un soldat inculpé (pp. 307-428). Les propos sont variés et souvent liés à l’actualité immédiate à laquelle Victor Hugo le polémiste réagit spontanément : soit pour saluer la nouvelle Italie unifiée et inciter les Italiens à la méfiance envers Napoléon III (1856), protester contre l’esclavage aux États-Unis (1859), inciter l’armée russe à ne pas frapper le peuple polonais (1863), se prononcer contre les despotismes lors du Congrès de la paix tenu en Suisse en 1869, et toujours pour condamner la peine de mort (pp. 348, 372). Son sens de la formule fait mouche et force l’admiration. Ainsi, de son exil sur l’île de Jersey, au moment de célébrer l’anniversaire de l’instauration de la IIe République en France, le 24 février 1848, il écrira six ans plus tard cette formule percutante : « Une date, c’est une idée qui se fait chiffre : c’est une victoire qui se condense et se résume dans un nombre » (p. 330).

5Certains textes ont été rédigés sous une forme versifiée, comme Un cri, un appel au peuple en révolte rédigé au moment le plus meurtrier de la Commune de Paris, en avril 1871 (pp. 415-417). Au moment de publier ce texte, Victor Hugo venait de rentrer de son exil et agissait désormais comme député de Paris. Dans une missive parue dans Le Rappel, le ton devient solennel et infiniment lyrique pour dissuader les Communards de commettre de nouveaux excès fratricides : « Quand finira ceci ? Quoi ! Ne sentent-ils pas / Que ce grand pays croule à chacun de leurs pas ? / Châtier qui ? Paris ? Paris veut être libre / Ici le monde, et là Paris ; c’est l’équilibre » (p. 415). Que ce soit pour la prose ou pour ses vers, Victor Hugo reste toujours lui-même ; son style ample et grandiose continue d’éblouir le lecteur, dans ses discours comme dans ses articles pour les journaux. C’est l’un des points forts qui rend la lecture de l’ouvrage si agréable et vivante. Dans une intervention de 1848 à l’Assemblée constituante où il venait d’être élu, le député déclarait emphatiquement : « Permettez-moi, messieurs, en terminant ce peu de paroles, de déposer dans vos consciences une pensée qui, je le déclare, devrait, selon moi, dominer cette discussion ; c’est que le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. Ce sont les deux côtés du même fait » (p. 216).

6Au sein de chacune des parties, les écrits ont été classés chronologiquement et les textes de la maturité présentent certainement plus d’intérêt que ceux rédigés avant 1848. Mais, demanderont peut-être certains politicologues obsédés par le présent et les dernières théories politiques, pourquoi (re)lire les discours et les écrits politiques de Victor Hugo aujourd’hui, après plus d’un siècle ? Sans doute pour constater l’actualité des problèmes de son époque et pour mesurer l’argumentation magistrale apportée par cet écrivain au parcours exemplaire. Mais aussi, on ne peut qu’admirer l’éloquence avec laquelle ce poète plus grand que nature pouvait convaincre, contredire, émouvoir, polémiquer ou simplement s’indigner contre des injustices. Pour les universitaires en sciences de l’information et de la communication, ce livre faisant revivre des combats anciens pour la liberté d’expression et pour une presse libre pourra servir d’illustration dans des cours d’histoire des médias ou en éducation civique. Il marque également une époque où certains écrivains polyvalents pouvaient faire office de maîtres-à-penser ou d’intellectuels avant la lettre, et Victor Hugo fait ici figure de titan.

7Visionnaire et pacifiste, Victor Hugo s’annonce comme un précurseur de l’Union européenne lorsqu’il prône une idée alors inconcevable, les États-Unis d’Europe : « Les États-Unis d’Europe, libres et maîtres chacun chez eux » (p. 335 ; voir aussi p. 386). C’était en 1854. 22 années plus tard, sous la IIIe République, en 1876, face à la crise politique dans laquelle la Serbie est attaquée par la Turquie, c’est désormais en tant que sénateur de la Seine que Victor Hugo réaffirme dans l’un de ses derniers articles « la nécessité des États-Unis d’Europe » pour défendre des nations affaiblies (p. 426). Le style reste d’une puissance inégalable dans cette défense du peuple serbe devant l’inaction des pays européens : « On assassine un peuple. Où ? En Europe. Ce fait a-t-il des témoins ? Un témoin, le monde entier. Les gouvernements le voient-ils ? Non » (p. 422).

8L’appareil critique et la mise en contexte que fournit savamment Marieke Stein facilite l’appréciation de chaque texte, précisant par exemple que le journal L’Événement, qui a retranscrit tant d’interventions mémorables à l’Assemblée nationale, a été fondé par des proches de Victor Hugo pour faire rejaillir sa pensée (pp. 28 et 211). Ailleurs, une note de bas de page précise le statut d’un écrivain ayant précédé cette époque, Jean Galbert de Campistron, que Victor Hugo mentionne dans une comparaison sans éloges (voir note 2, p. 104). La plupart de ces mises en contexte ne dépassent pas une page et sont un modèle de concision. Dans quelques cas, Marieke Stein fournit même la réponse reçue par Victor Hugo à l’une de ses lettres, par exemple dans son appel à un ministre, le duc Albert de Broglie, pour intercéder en faveur d’un ami condamné à l’exil (voir la réponse, p. 304). Ailleurs, un bel article de Charles Hugo paru en 1869 décrit le quotidien de son illustre père sur l’île de Guernesey, après 18 années d’exil (pp. 377-385).

9Auteur d’un génie incontestable et d’une verve toujours éblouissante, comme si besoin était, Victor Hugo reconfirme son statut d’écrivain universel dans ses textes ici regroupés. Une chronologie (pp. 430-441), une courte bibliographie (pp. 443-445) et deux index (pp. 447-458) complètent utilement cet ouvrage admirablement bien édité. On imaginerait très bien ce livre dans la bibliographie d’un cours sur l’éloquence, en rédaction française ou en histoire du journalisme, même au niveau du collège. Parce qu’il met en évidence des aspects méconnus de ce grand romancier, Hugo journaliste. Articles et chroniques devrait naturellement se retrouver dans toutes les bibliothèques publiques et scolaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Victor Hugo, Hugo journaliste. Articles et chroniques », Questions de communication, 28 | 2015, 315-317.

Référence électronique

Yves Laberge, « Victor Hugo, Hugo journaliste. Articles et chroniques », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10193

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Centr’ERE, université d’Ottawa, CA-H3C 3P8
ylaberge@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page