Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du xxie siècle

Paris, Classiques Garnier, coll. Études de littérature des xxe et xxie siècles, 2014, 261 pages
Carole Bisenius-Penin
p. 314-315
Référence(s) :

Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du xxie siècle, Paris, Classiques Garnier, coll. Études de littérature des xxe et xxie siècles, 2014, 261 pages

Texte intégral

1Omniprésente dans l’espace public, comme dans l’univers médiatique, la notion de témoignage en tant que type de discours renvoyant à un « genre » narratif s’avère peu traitée par les études littéraires (Charlotte Lacoste, Séductions du bourreau. Négation des victimes, Paris, Presses universitaires de France, 2010), alors que l’impact du dispositif médiatique sur la fabrication de témoignages a été particulièrement bien cerné par les sciences de l’information et de la communication (Béatrice Fleury, Jacques Walter, dirs, Carrières de témoins de conflits contemporains, 3 volumes, Nancy, pun-Éditions universitaires de Lorraine, 2013-2015). 

2L’objet testimonial est appréhendé par Corinne Grenouillet avec l’objectif central de saisir la nature et la portée des témoignages issus du monde du travail dans une perspective littéraire. Cependant, dans un souci de rigueur méthodologique et un effort récurrent de contextualisation, l’auteure alimente constamment son étude en se référant à de multiples emprunts disciplinaires (économie, sociologie, psychologie…). Ainsi, à partir d’une enquête sur des œuvres produites par des ouvriers/écrivains, tente-elle de dresser une typologie de la pluralité de ces types d’écrits, par le biais d’un inventaire de ces formes émergentes dans la littérature contemporaine. Il s’agit de cerner les contours d’un corpus clairement défini selon une unité thématique revendiquée (les textes traitant du travail en usines), mais qui induit d’emblée un jeu sur les frontières génériques de cette « écriture ordinaire » empruntant des formes multiples (témoignage documentaire, récit littéraire, essai…) et oscillant entre deux postures opposées (référentielle et littéraire).

3Afin de bien saisir la spécificité de cette littérature sociale, l’auteure propose (pp. 22-42) un historique relatif aux traductions d’écriture du monde prolétaire. Elle montre comment les écrivains ouvriers se sont appuyés sur des éditeurs militants jusque dans les années 60, tout en profitant d’une tendance littéraire contemporaine centrée sur l’écriture du réel et d’un engouement critique et éditorial pour les « romans d’entreprise ». Grâce à une rapide typologie des sous-genres (roman de bureau, roman du centre d’appel, roman des travailleurs du nucléaire, roman de l’intérimaire ou du stagiaire, roman de la caissière) de cette catégorie littéraire, elle montre comment son émergence est reliée à un modèle identifié par Dominique Viart sous l’intitulé « récits de filiation » (Jan Baetens, Dominique Viart, éds, États du roman contemporain, Paris, Éd. Lettres modernes Minard, 1999, p. 124) qui renvoie le lecteur à la posture même de l’écrivain contemporain, « entre témoignage entravé et offrande aux figures révolues de l’ascendance » selon Laurent Demanze (« Prologue », Encres orphelines, Paris, J. Corti, 2008).

4Dans le deuxième chapitre (pp. 43-76), Corinne Grenouillet pose de manière pertinente la question du statut double de l’intellectuel-ouvrier et de la posture des « travailleurs écrivains » qui demeure tout autant ambigüe au sein du champ littéraire. Pour cela, elle retrace des parcours identifiés qui offrent au public un panel intéressant d’écrivains (Marcel Durand, Daniel Marinez, Robert Piccamiglio, Thierry Metz…) mêlant études d’œuvres et entretiens d’auteurs. L’analyse vise également à saisir la réception par le biais d’une confrontation des postures auctoriales à une analyse des réactions des lecteurs.

5Le troisième chapitre (pp. 77-106) montre comment le témoignage ou le roman d’usine peut aussi être l’œuvre d’auteurs littéraires connus ou de journalistes qui réactivent la « parole collective » (p. 77) par le biais de l’enquête ou de la collecte d’entretien à l’instar de l’écrivain François Bon (Daewoo, Paris, Fayard, 2004) ou de la journaliste Florence Aubenas (Le Quai de Ouistreham, Paris, Éd. L’Olivier, 2010). Corinne Grenouillet s’interroge ici sur le journalisme d’immersion et comment l’enquête journalistique peut laisser place à un témoignage et à un récit plus littéraire. On remarque que l’enquête débouchant sur un travail d’écriture découle, dans la plupart des cas, de dispositifs dédiés aux médiations culturelles. En effet, l’auteure montre comment l’atelier d’écriture, tout comme la résidence d’auteurs sur un territoire sinistré, repositionne l’écrivain au cœur de la cité et affirme la fonction sociale de la création littéraire. Pour illustrer ses propos, elle se réfère notamment aux parcours de plusieurs auteurs animateurs d’ateliers en milieu marginal ou ouvrier comme Thierry Beinstringel, François Bon, Didier Daeninckx ou encore Leslie Kaplan. La résidence d’auteur comme l’atelier d’écriture permettent de tisser du lien avec les ouvriers et de procéder, selon Corinne Grenouillet, à une véritable « extraction de la parole » pouvant devenir matière littéraire dans le cadre d’une démarche artistique concertée.

6Après cet effort de contextualisation, l’ouvrage se consacre à une étude précise de cette écriture du travail et de ses effets littéraires. Ainsi la chercheure consacre-t-elle un chapitre (pp. 139-158) aux grands thèmes émergents de cette littérature (la grève, la routine, l’accident, l’ennui, les plans sociaux, les friches industrielles…). Reliant fond et forme, elle s’attèle ensuite à déterminer des modèles génériques récurrents en retravaillant la frontière ténue entre écriture ordinaire, journalisme et littérature. Ainsi son analyse balaie-t-elle de multiples catégories textuelles comme la chronique, le journal, le fragment, la nouvelle. Enfin, d’un point de vue plus linguistique, Corine Grenouillet pose la question d’un « style ouvrier » (p. 204) qui met en exergue une critique de la « novlangue managériale » (p. 210) mise en scène par Marcel Durand (Grains de sable sous le capot. Chronique de la chaîne à Peugeot-Sochaux, Paris, Éd. La Brèche, 1990) et qui peut conduire à une véritable poétisation du monde l’usine identifiable chez Robert Piccamiglio (Chroniques des années d’usine, Paris, A. Michel, 1999).

7L’intérêt principal de cet ouvrage réside donc dans son analyse fine et précise des subtilités de ces « récits d’expériences laborieuses » (p. 236) qui oscillent entre document, littérature, témoignage, fiction et distillent un éclairage fondamental sur le travail au tournant du xxie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Bisenius-Penin, « Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du xxie siècle », Questions de communication, 28 | 2015, 314-315.

Référence électronique

Carole Bisenius-Penin, « Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du xxie siècle », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10190

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page