Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Mikkel Borch-Jacobsen, dir., Big Pharma. Une industrie toute puissante qui joue avec notre santé

Paris, Éd. Les Arènes, 2013, 525 pages
Farid Sidi-Boumedine
p. 306-308
Référence(s) :

Mikkel Borch-Jacobsen, dir., Big Pharma. Une industrie toute puissante qui joue avec notre santé, Paris, Éd. Les Arènes, 2013, 525 pages

Texte intégral

1Le Franco-Danois Mikkel Borch-Jacobsen enseigne la littérature comparée à l’université de Washington. Philosophe, son œuvre est consacrée à la psychanalyse : il a notamment collaboré au Livre noir de la psychanalyse (Cattherine Meyer, dir., Paris, Éd. Les Arènes, 2005) et rédigé avec Sonu Shamdasani Le Dossier Freud. Enquête sur l’histoire de la psychanalyse (Paris, Éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 2006). Avec la réalisatrice Anne Georget, il a co-écrit le documentaire Maladies à vendre, diffusé sur Arte en 2011, qui dénonce le marketing pharmaceutique appliqué aux maladies métaboliques et psychiatriques. Avec ce nouvel ouvrage, l’objectif de Borch-Jacobsen est de continuer à creuser ce sillon : mettre en perspective l’« avalanche de scandales pharmaceutiques » qui implique « tous les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux » (p. 8). En filigrane, il s’agit de décrire les stratégies communicationnelles et commerciales de ces grands groupes pharmaceutiques.

2D’abord, dans un chapitre dense intitulé « Crimes parfaits » (pp. 13-60), Mikkel Borch-Jacobsen égrène la liste des catastrophes médicamenteuses depuis les années 50 et épingle les firmes américaines ayant fait l’objet de poursuites entre 2004 et 2012 pour avoir encouragé les médecins à prescrire certains de leurs médicaments en dehors des indications figurant dans leur autorisation de mise sur le marché. Ensuite, il dénonce la « pharmacisation de la vie quotidienne » (pp. 77-90) par l’invention de nouvelles maladies destinées à gonfler les profits des firmes pharmaceutiques. Enfin, il pointe la pollution environnementale des médicaments, que l’on trouve « partout » : « dans les lacs où nous nous baignons, dans l’eau que nous buvons, dans les poissons ou les poulets que nous mangeons » (p. 128), sans idée précise « des effets à long terme de cette accumulation de produits potentiellement toxiques » (p. 128). Par ailleurs, l’auteur rappelle que les médicaments ont des effets secondaires qui peuvent être dangereux, voire mortels, représentant la cinquième cause de décès à l’hôpital en Europe (p. 138).

3Entre les treize chapitres, Mikkel Borch-Jacobsen a intercalé les articles de douze experts. Tous dénoncent le « condition branding », ensemble des actions marketing et communicationnelles mises en œuvre pour promouvoir des maladies afin de créer de nouveaux marchés aux médicaments inventés par les firmes pharmaceutiques. Ainsi Jérome C. Wakefield (pp. 265-288, philosophe, spécialiste des fondements conceptuels de la psychiatrie, co-auteur de The Loss of Sadness. How Psychiatry Transformed Normal Sorrow into Depressive Disorder, Oxford, Oxford University Press, 2007) explique-t-il comment le manuel de diagnostic des troubles mentaux édité par l’Association psychiatrique américaine (dsm) aide Big Pharma à contourner les autorités de santé, le diagnostic justifiant la prescription médicamenteuse. Jeremy Greene (médecin, maître de conférences en histoire de la médecine, auteur de Prescribing by Numbers : Drugs and the Definition of Disease, Baltimore, J. Hopkins University Press, 2007), examine le passage du diagnostic à partir de symptômes visibles sur le patient vers « la comparaison de biomarqueurs avec des seuils numériques », qui rend la « séparation du normal au pathologique bien plus mobile » (p. 311). John Abramson (médecin, auteur de Overdo$ed America, New York, Harper Collins, 2004) confirme : les données sont biaisées en ce qui concerne le taux de cholestérol et la prévention des maladies cardiaques, transformant en sujets malades une majorité de patients qui étaient auparavant considérés comme sains (pp. 317-334).

4Ces auteurs mettent également en lumière les conflits d’intérêts entre les experts des agences de régulation du médicament et l’industrie pharmaceutique, l’usage des leaders d’opinion (des médecins reconnus rémunérés grassement par Big Pharma) pour promouvoir de nouveaux produits ou mener des études cliniques toujours positives. Jeremy Greene précise que « gérer l’économie de l’information entourant un médicament – plus précisément, gérer la production, la distribution et la consommation du savoir lié au produit – est essentiel pour la réussite de toute entreprise pharmaceutique » (pp. 312-313). Les moyens utilisés sont la publicité dans les revues spécialisées et par les visiteurs médicaux, le recours à des « ghostwriters » pour rédiger les articles et gérer les recherches qui seront signées par d’éminents universitaires, des cours de formation médicale continue mettant en avant les nouveaux médicaments et les maladies associées, et même la suppression ou la dissimulation de résultats défavorables des essais cliniques. Antoine Vial (pp. 223-242, ex-membre de la commission Qualité et diffusion de l’information médicale de la Haute Autorité de santé) décrypte les nouveaux canaux de communication utilisés par les firmes pharmaceutiques comme les sites web et les associations de patients, prenant comme exemple la spondylarthrite ankylosante. Irving Kirsch (pp. 385-398, professeur de psychologie, directeur associé du programme d’études sur le placebo à la Harvard Medical School, auteur de Antidépresseurs. Le grand mensonge, Champs-sur-Marne, Music and Entertainment, 2010) rend compte des méta-analyses qu’il a menées avec ses collègues sur les études parues à propos des isrs, les traitements actuellement donnés contre la dépression, avec un verdict lapidaire : il n’y a « aucun avantage cliniquement significatif pour les médicaments anti-dépresseurs par rapport aux placebos inertes » (p. 389). Wolfgang Wodarg (pp. 335-360, médecin épidémiologiste, député allemand puis euro-député) explique que l’alerte de pandémie de grippe h1n1 a été organisée par des fabricants de vaccins et de traitements anti-influenzae qui auraient instrumentalisé l’Organisation mondiale de la santé (oms). Enfin, Peter J. Whitehouse (pp. 251-264, professeur de neurologie, co-auteur du Myth of Alzheimer’s, New York, St. Martin’s Press, 2008) précise que des lobbies liés à l’industrie pharmaceutique ont étiqueté les différentes formes de « démence sénile » en maladie d’Alzheimer (p. 261) dont on ne peut parler au singulier : c’est en réalité « un ensemble de syndromes » (p. 252) qui représentent plusieurs « états pathologiques » (ibid.). Selon lui, « il n’existe aucune preuve incontestable d’une distinction qualitative entre les processus de vieillissement » (p. 253) normaux et ceux étiquetés comme maladies d’Alzheimer.

5Devant ce bilan, quelles solutions ? Il faudrait « mettre sous contrôle public la R&D pharmaceutique » (p. 117), propose l’anthropologue Kalman Applbaum, idée que partage Philippe Pignarre (ex-directeur de la communication de Synthélabo dans les années 90, auteur notamment de Comment la dépression est devenue une épidémie, Paris, Éd. La Découverte, 2001 et du Grand secret de l’industrie pharmaceutique, Paris, Éd. La Découverte, 2003), qui propose de déconnecter la recherche pharmaceutique des entreprises privées, car l’innovation thérapeutique est contraire aux dogmes du privé qui exigent la rapidité, le secret et la prise de brevets (pp. 107-118).

6Les universitaires, médecins, anthropologues, historiens, journalistes et essayistes ayant participé à la rédaction de l’ouvrage, qui dresse un portrait partisan contre l’industrie pharmaceutique, ont laissé échapper des opinions non vérifiées. Ainsi quand le médecin et historien Jérémy Greene écrit que la « popularité » actuelle de l’industrie pharmaceutique « se situe à peu près au même niveau que celle de l’industrie mondiale du tabac » (p. 304) ou que « le marketing, la recherche et la pratique clinique étaient déjà inextricablement liés dans les années 1950 » (p. 306). Ainsi encore quand Mikkel Borch-Jacobsen estime qu’un nombre important de médicaments créent de l’addiction chez les patients. Il ne peut donner comme exemple que les benzodiazépines ou les psychostimulants, dont l’usage est strictement réglementé. Pour lui, l’objectif des firmes pharmaceutiques est de maximiser les profits afin de satisfaire les actionnaires (pp. 63-76). On peut rétorquer que c’est l’objet de toute entreprise privée. Il sous-entend que les compagnies pharmaceutiques ne sont pas soucieuses du bien-être du patient mais uniquement du profit qu’elles peuvent en tirer, estimant que la recherche est totalement financée et donc forcément corrompue par l’argent de l’industrie pharmaceutique, le marketing pharmaceutique n’ayant pour objectif que de promouvoir des « molécules dangereuses » (p. 9), car les essais cliniques sont « couramment biaisées » ou « gardés sous le boisseau » (ibid.) quand ils ne sont pas en faveur de l’industriel, les agences de régulation étant « complaisantes ou passives ». Big Pharma est composé d’entreprises si puissantes qu’il « n’est pas un seul politicien pour leur résister ». Même les médecins ne trouvent grâce à ses yeux : « mal informés ou cooptés » (ibid.). Selon lui, les personnes impliquées « n’ont que rarement conscience du mal qu’il contribuent à causer », la majorité étant « de bonne foi ». C’est « la banalité du mal pharmaceutique » (ibid.) qu’il veut disséquer. L’expression, inspirée d’Hannah Arendt sans qu’elle ne soit citée, évoquait sa lecture du nazi bureaucrate d’un système génocidaire. Ne voir que le « mal » parait bien naïf et excessif en ce qui concerne le système pharmaceutique.

7Seule une vingtaine d’entreprises encore en activité est épinglée, dont douze font effectivement partie des 20 premières au classement des firmes pharmaceutiques mondiales les plus lucratives en 2013 (qui engendrent cependant moins de la moitié du chiffre d’affaires mondial). Rien ne prouve que la cinquantaine d’exemples avérés de corruption, ou de fraudes scientifiques, ou de pratiques commerciales douteuses, soient généralisables dans l’ensemble du corps industriel et scientifique médico-pharmaceutique. D’autant plus que la grande majorité des cas cités sont des médicaments utilisés en psychiatrie. S’ils étaient si communs, les auteurs auraient pu en trouver dans l’ensemble des classes thérapeutiques. Leur erreur est donc de confondre la partie et le tout. S’il existe effectivement des membres d’une profession peu scrupuleux, ira-t-on affirmer que tous les membres de cette profession sont effectivement, sans aucun doute possible, malhonnêtes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farid Sidi-Boumedine, « Mikkel Borch-Jacobsen, dir., Big Pharma. Une industrie toute puissante qui joue avec notre santé », Questions de communication, 28 | 2015, 306-308.

Référence électronique

Farid Sidi-Boumedine, « Mikkel Borch-Jacobsen, dir., Big Pharma. Une industrie toute puissante qui joue avec notre santé », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10182

Haut de page

Auteur

Farid Sidi-Boumedine

C2So, École normale supérieure de Lyon, F-69000
farid.sidi-boumedine@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page