Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Christophe Blanchard, Les Maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine

Paris, Éd. La Découverte, 2014, 160 pages
Alexandru Matei
p. 305-306
Référence(s) :

Christophe Blanchard, Les Maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine, Paris, Éd. La Découverte, 2014, 160 pages

Texte intégral

1En quête de sens, nos sociétés arrivent à un résultat paradoxal : elles en trouvent de plus en plus, mais ces sens, multipliés, se relativisent les uns les autres, au point que, au lieu d’un guerre des sens (« sens » entendu comme meaning), on a une guérilla qui suscite de moins en moins d’intérêt, car les camps se multiplient et s’amenuisent en même temps. Ces réflexions bien trop générales le sont moins si l’on y circonscrit l’ouvrage de Christophe Blanchard sur le chien en tant qu’acteur social. Le titre, Les Maîtres expliqués à leurs chiens, arrache un sourire au lecteur : par l’intermédiaire d’une sociologie « des chiens », l’auteur prétend parler toujours d’êtres humains, en tant que « maîtres de chiens », titre promu au rang de groupe social. Sous ces auspices commence la lecture d’un ouvrage de sociologie qui propose de distinguer les travaux scientifiques selon deux catégories : « sérieux » et « frivoles ». Gare aux « mythologies » qui vont avec la couverture d’un livre !

2Le lecteur pourrait se dire que « voici un bouquin sur les chiens ! ». Il se tromperait, car Les Maîtres expliqués à leurs chiens est bien un livre de sociologie, comme l’indique, quoique de façon quelque peu brouillée, son sous-titre : Essai de sociologie canine. On y apprend (presque) tout sur la place, ou mieux, les places, que les sociétés contemporaines font au chien. Qui plus est, l’ouvrage est truffé d’histoires et d’historiettes avec des chiens et d’une série d’encadrés à caractère déictique à fonction explicative et divertissante à la fois. Entendons-nous bien : ce n’est pas un livre d’éthologie, mais de sociologie, voire d’anthropologie (urbaine). Pas de chien sans son « corrélatif », l’homme.

3L’étude aurait pu se focaliser sur une des multiples facettes des rapports entre les humains et les chiens, ou bien en égrener plusieurs, et c’est ce second choix qui est le sien. Là encore, il aurait pu, mais il s’agit peut-être de développements à venir, faire l’état des lieux de la « sociologie canine » à travers l’Europe, mais il s’en tient à la France. On peut regretter de constater à quel point les chiens dont les images défilent à travers les pages de cet ouvrage n’« aboient » qu’en français.

4Peut-être le plus grand mérite de ce livre – hormis celui de s’installer en pionnier dans ce domaine que d’aucuns pourront appeler par la suite « dog studies » (nous avons déjà les « pet studies ») – est-il la qualité du style : s’il le dire est courant, cel n’en reste pas moins vrai ici, on le lit comme un roman. Dès l’introduction, qui explicite la passion de l’auteur pour les « cabots », et jusqu’aux conclusions, l’étude prend appui et autorité sur des récits de vie et sur divers débats législatifs, le tout délicieusement saupoudré de raccourcis historiques, dont le plus passionnant reste le retour au naufrage du Titanic du point de vue des chiens...

5Les premières pages (pp. 9-20) sont consacrées à une brève histoire sociale du chien, à la manière de l’école des Annales, suivant le découpage de la « longue durée ». Les sept autres chapitres pourraient être lus selon leur appartenance thématique, à une « économie sociale », d’une part, et à une « politique » du chien chez les hommes, d’autre part : l’auteur approche le chien selon la logique de la classe sociale, montrant quels peuvent être les rapports entre la différence de classe des propriétaires et la différence de leurs chiens (« chiens-loulous », « chiens-cerbères », « chiens-protecteurs », etc.). Il en résulte une complémentarité intéressante, entre les bourgeois et les « démunis » – chacun de ces groupes nouant un certain type de rapport aux chiens – dont les subdivisions pourraient se ramifier selon l’étendue des sociétés étudiées et les critères pris en compte (les femmes à chien et les hommes à chien, les chiens en ville et les chiens à la campagne). Mais, puisque l’auteur montre une sensibilité particulière aux problèmes d’exclusion sociale, il s’appesantit davantage sur les chiens des sans domicile fixe (sdf), des « punks », des pauvres, selon un parcours casuistique qui met en exergue différentes attitudes – l’auteur intervient toujours pour prendre parti – de rejet dont le chien n’est, en fin de compte, souvent qu’un prétexte. Arpenter la « zone » (au sens de « faubourg » ; l’auteur lui-même parle de « zonards », p. 113) est une cure de santé stylistique, car ce sont également les passages les plus attachants, là où les entretiens garnissent un discours argumentatif, comme il sied à une étude académique, de fragments de langage « à même la rue ». Slalomant parmi les sdf, l’auteur recueille le témoignage d’un Bordelais qui peut se vanter de posséder un dogue argentin, et s’y identifie : « Je trouve qu’il correspond parfaitement à ma personnalité, parce que moi aussi, sous mes airs de dur, je suis en réalité une crème » (p. 91).

6En dehors de ces enquêtes en milieux défavorisés (pp. 117-140), au cours desquelles un humanisme de bon aloi peut s’exprimer et rejaillir avec mansuétude sur les chiens en tant que dispenseurs d’humanité, l’auteur aurait pu quitter son milieu et s’installer davantage dans les quartiers huppés, pour suivre les traces voire les généalogies des canidés aristocrates. Certes, il effleure la question, mais se contente d’esquisser quelques observations non soutenues par des enquêtes de terrain. Même s’il est vrai qu’il aurait peut-être éprouvé des difficultés, il n’en reste pas moins que la préférence de Christophe Blanchard pour les démunis peut être vue comme un choix idéologique sinon moral puisqu’on tend à associer la majorité au plus grand nombre : « Si les chiens de la “haute” attirent l’attention, les sans-grade sont légion » (p. 85). Et l’auteur de ne pas insister sur ce qui attire l’attention, mais sur la réalité la plus commune. L’« aristochien » est plutôt une exception, un être rare et unique, alors que l’on sait bien que l’histoire se doit de suivre l’évolution du commun, du quotidien et de la longue durée.

7Ce livre doit être considéré comme une ouverture. En effet, on attend de son auteur qu’il poursuive des recherches plus vastes qui pourront conduire à des réflexions plus approfondies. Le chien n’est souvent qu’un révélateur social, l’auteur l’a certes bien compris, et il peut, en tant que tel, nous en dire long sur nos sociétés. Une lecture d’identification, au sens suggéré par le titre de l’ouvrage, c’est-à-dire une lecture pour laquelle le chien remplirait le rôle de protagoniste positif, peut bien servir « le plaisir du texte », mais, en partant des endroits où tout le monde s’attend à trouver des chiens, , le lecteur peut se retrouver dans des lieux parfois apparemment éloignés : les rapports de possession (pp. 21-24), le partage des territoires (pp. 97-116, 130-152), le pouvoir (pp. 43-45, mais cette question sous-tend les rapports homme-animal), l’homme et « l’autre » (par exemple pp. 65-69), etc. Nous convenons que parler du seul chien – en tant que compagnon des humains –, c’est prendre le risque de se contenter de propos banals : il revient au chercheur de s’en convaincre à son tour, ou d’élargir l’objet, tout comme le terrain de ses études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandru Matei, « Christophe Blanchard, Les Maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine », Questions de communication, 28 | 2015, 305-306.

Référence électronique

Alexandru Matei, « Christophe Blanchard, Les Maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10179

Haut de page

Auteur

Alexandru Matei

Cerefrea, université Lumina de l’Europe du Sud-Est, RO-021187
amatei25@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page