Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï, Hakim Hachour, dirs, Les Frontières numériques

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Local et global, 2014, 262 pages
Tiphaine Zetlaoui
p. 302-303
Référence(s) :

Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï, Hakim Hachour, dirs, Les Frontières numériques, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Local et global, 2014, 262 pages

Texte intégral

1Les Frontières numériques, ouvrage coordonné par Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï et Hakim Hachour traite des représentations, usages et dispositifs numériques à l’ère du web 2.0/3.0. Il constitue un excellent ouvrage théorique et empirique pour tous les chercheurs en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux avancées et à l’évolution des technologies digitales. Sa particularité réside dans le fait qu’il aborde des problématiques complexes avec simplicité et précision. En ce sens, les contributeurs ne manquent pas de se référer à un ensemble important de paradigmes tout en adoptant un point de vue à la fois sociohistorique et critique sur le déploiement massif et exponentiel des technologies de l’information et de la communication (tic). Ce parti pris sert de fil conducteur à l’ensemble des articles et confère unité et cohérence à ce projet collectif. Construit selon une tripartition de thèmes relevant de l’identité, de l’art et du territoire, le livre donne un aperçu plutôt global de ce champ d’étude si ardu à circonscrire.

2En premier lieu, les articles examinent les frontières entre le monde virtuel et réel. Après lecture, nous réalisons à quel point il est difficile, voire impossible, de distinguer ces deux univers. La contribution co-écrite par Fanny Georges et Virginie Julliard (pp. 33-48) illustre cet état de fait. En étudiant les pratiques mémorielles des acteurs qui créent ou naviguent sur des pages et des sites « post mortem » faisant office d’espaces de recueillement ou de tombes virtuelles, les deux chercheuses mettent en évidence l’intrication étroite existant entre ce qui relève de la vie et de la mort. La confusion qui semble émaner de ces rituels aide les acteurs à accepter le décès de leur proche ou de leur idole.

3Le questionnement sur l’intégration et la propagation des technologies dans notre quotidien se retrouve également traité dans le chapitre d’Evelyne Lombardo et de Serge Agostinelli (pp. 17-32) qui s’intéressent aux impacts socio-psychologiques et pédagogiques des nouveaux médias. Les auteurs constatent que lorsque l’immersion virtuelle est « totale pour chaque sens » (p. 27), elle n’est pas, pour les élèves, forcément psychologique. Ainsi, selon eux, un cours peu médiatisé peut-il « donner le sentiment aux élèves qu’ils sont “dedans” » (p. 28). Ce type de réflexion est d’autant plus crucial lorsqu’il touche à l’espace intime du corps et au bien-être. En ce sens, la contribution de Béa Arruabarrena (pp. 49-72) est originale et intéressante car elle examine les usages à visée thérapeutique d’objets connectés. L’auteure semble alerter sur les dérives occasionnées par la quantification de données recueillies sur nous-mêmes et par nous-mêmes qui nous permettrait de nous « auto-contrôler » via le stockage et l’analyse informationnelle de nos gestes, de nos rythmes cardiaques, de nos pertes et nos gains d’énergie, de poids, etc. Ces chiffres, dont le but est de « quantifier pour qualifier » (p. 71), ne sont que positivement impactants si nous savons les interpréter et nous soumettre à eux à bon escient. Dans le cas contraire, ils participent à réifier notre élan vital et notre spontanéité en nous détournant de notre insouciance vis-à-vis de nous-mêmes.

4La réflexion sur l’emprisonnement des identités par la technologie est approfondie dans la deuxième partie du livre (pp. 75-142). Consacrée à des œuvres d’artistes, celle-ci tente de mettre au jour les coulisses des dispositifs numériques.

5À commencer par le chapitre de Judith Guez (pp. 75-94) qui examine les processus de fragmentation de notre espace-temps en étudiant des œuvres d’artistes qui les soumettent à des programmes délinéarisés et à « de nouvelles séquences non prédictibles » (p. 81). En explorant celles de Grégory Chatonsky et de Golan Lévi, Florent Di Bartolo (pp. 95-116) fait apparaître la l’enfermement et l’isolement de l’individu est lorsqu’il navigue lorsqu’il navigue sur la toile numérique. La contribution de Franck Renucci et Hervé Zénouda (pp. 117-142) questionne plus amplement le processus de création du monde numérique en mobilisant une réflexion d’ordre épistémologique s’attelant à discerner la coupure entre nature et culture selon les catégories du vivant et celles de l’artificiel. Entreprise classique mais d’une difficulté évidente que les auteurs semblent maîtriser par leur capacité à mobiliser des auteurs importants dont Henri Atlan.

6Quant à la troisième partie (pp. 145-252), elle examine les tenants et aboutissants d’une réalité dite augmentée en éclairant sur les enjeux sociopolitiques et symboliques des espaces et des territoires numériques. Mariannig Le Béchec (pp. 145-168) s’intéresse au secret de fabrication des noms de domaines ; Renan Mouren (pp. 169-210) étudie la manière dont des acteurs investissent un territoire, en l’occurrence géographique, par le biais du numérique ; Laurent Desombre et Yves Mineur (pp. 211-230) travaillent sur les cartographies et André Noy et Claire Noy (pp. 231-252) s’engagent à analyser les pratiques d’appropriation digitales des savoirs transdisciplinaires, objet tant débattu au sein des universités.

7Cet l’ouvrage collectif a le mérite d’être aussi dense que riche, une quatrième partie ou la présence d’un article supplémentaire aurait été bienvenue. En effet, l’aspect juridico-éthique est très nettement éludé alors qu’il constitue une trame fondamentale de compréhension de l’évolution et du devenir de la toile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï, Hakim Hachour, dirs, Les Frontières numériques », Questions de communication, 28 | 2015, 302-303.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï, Hakim Hachour, dirs, Les Frontières numériques », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10169

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

MCC, université catholique de Lille, F-59000
tiphaine.zetlaoui@icl-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page