Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Christian Ruby, Abécédaire des arts et de la culture

Toulouse, Éd. de l’Attribut, coll. Culture & Société, 2015, 232 pages
Thibault Barrier
p. 300-302
Référence(s) :

Christian Ruby, Abécédaire des arts et de la culture, Toulouse, Éd. de l’Attribut, coll. Culture & Société, 2015, 232 pages

Texte intégral

1À la différence de la fonction normative du dictionnaire, un abécédaire propose plutôt de revenir, pour chaque entrée, à l’élémentaire. Il ne cherche pas à être un ouvrage de référence, mais de formation. Ainsi, dans son Abécédaire des arts et de la culture, Christian Ruby s’emploie-t-il à formuler les premiers jalons d’un alphabet possible de la culture et des arts. Contrairement à une encyclopédie, la prétention à l’exhaustivité est explicitement refusée. Cet abécédaire, qui compte 133 entrées, ne saurait être clos. Il demeure irréductiblement ouvert et constitue tout au plus, comme l’indique la préface, un « échantillon » (p. 11). L’ouverture se situe d’abord dans la pluralité des champs théoriques articulés pour la rédaction de chaque entrée. Si l’auteur reconnaît avoir emprunté ses principaux outils d’analyse théorique à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie, force est de constater qu’il parvient à concilier ces différentes perspectives par un discours unifié et cohérent, qui élimine tout risque d’éclatement ou de dispersion, malgré la grande variété des matériaux mobilisés. L’ouverture se manifeste encore à l’intérieur même de chaque entrée qui, loin d’être une monade close sur elle-même, s’inscrit dans un jeu d’interférences et de turbulences avec les autres entrées, qui invite le lecteur à procéder par « recoupements » (ibid.).

2Tous les articles s’ouvrent sur une référence à l’origine du terme (à partir de l’étymologie ou de son usage ordinaire) et, après avoir présenté les principaux éléments historiques de réflexion sur la notion et l’état actuel des débats sur la question, s’achèvent par une brève bibliographie raisonnée dont la modalité varie selon les cas. Les ouvrages cités constituent soit des textes classiques sur la question, soit des prolongements polémiques contemporains, soit des contrepoints, soit des invitations à la discussion, soit encore des incitations à de régulières fréquentations (pour certaines revues, par exemple, p. 168). Cette manière même de présenter les références répond à l’ambition pédagogique de l’ouvrage qui, loin de prétendre fournir des définitions définitives des notions abordées, cherche avant tout à donner au lecteur les instruments conceptuels élémentaires afin d’alimenter une réflexion sur la culture. Outre ces références livresques, l’ouvrage s’appuie constamment sur des exemples artistiques, qui vont de la peinture et de la littérature « classiques » à la série des « Jurassic Park » (p. 46), en passant par les derniers albums de Jacques Tardi (p. 211). L’Abécédaire de Christian Ruby se présente comme un vaste espace de circulation à l’intérieur duquel chaque lecture est susceptible de dessiner une trajectoire individuelle. Or, ce mode de présentation n’est pas anodin, il permet de donner corps à la thèse générale sur les arts et la culture qui affleure dans l’ouvrage.

3Pour situer plus précisément cette dernière, l’auteur se réfère, dans les dernières lignes de sa préface, à quatre définitions possibles de la notion « culture », qu’il nomme des « paradigmes », et dont il reprend les principaux traits dans un tableau synoptique donné en annexe (pp. 222-225). Chacun des paradigmes détermine une séquence temporelle qui correspond aux différentes élaborations théoriques majeures du concept de culture, et non à un ordre de succession des cultures elles-mêmes : au modèle de la culture pensée comme élévation, avec les esthétiques du goût (xviiie siècle) succède, de manière critique, celui de la culture formation (xixe siècle) – notamment par le biais du concept allemand de Bildung. Les « sciences humaines » (anthropologie, ethnologie, sociologie) constituées à la fin du xixe siècle et au xxe siècle, reconnaissent, par-delà la diversité géographique et historique de ses formes, la culture comme l’institution d’un ordre symbolique, alors que, de manière plus contemporaine – et sans doute de manière plus conforme aux intentions de l’auteur –, la culture se présente comme un exercice affirmatif de soi, à partir de pratiques de déstabilisation des postures instituées et de décentrements permanents. Quoiqu’ils aient des sources historiques distinctes, ces quatre paradigmes coexistent tous, d’une manière ou d’une autre, dans les discours contemporains sur la culture. L’effort de Christian Ruby consiste à montrer, pour chaque notion, quels sont les paradigmes implicitement mobilisés, les enjeux qui en découlent, ainsi que les critiques qu’il est possible de formuler.

4Si le quatrième paradigme a la faveur de l’auteur, c’est justement en vertu de son potentiel critique et émancipateur. Outre son inscription dans un certain héritage théorique – avec des références à Michel Foucault pour la culture de soi (p. 69) ou à Jacques Rancière pour le « partage du sensible » (pp. 154-56, 188) –, une des lignes de force qui traverse l’ensemble des entrées tient au double refus de réduire la culture à une valeur (p. 217) ainsi qu’à une identité (pp. 119, 180). Dans les deux cas, l’accent est mis sur la fonction normative et exclusive de la culture dont la vocation principale se résume alors à instituer les codes et standards des pratiques individuelles et collectives à partir desquelles des groupes humains se constitueraient grâce à une forme de clôture sur soi. Contre une rhétorique du « choc des cultures » et de l’identité culturelle qui s’accompagne le plus souvent d’une perspective nostalgique sur la perte de ces repères présents, des fondements passés et des perspectives futures (pp. 50, 59, 151), l’auteur plaide pour une conception ouverte, plurielle et affirmative de la culture et des arts. Par exemple, les nouvelles conditions matérielles de production, de diffusion ou de duplication des œuvres ne conduisent jamais l’auteur à formuler des inquiétudes quant à la disparition d’un modèle plus ou moins idéal, elles sont au contraire l’occasion d’envisager des pratiques originales (voir notamment les articles : « Médias et culture », pp. 139-141 ; « Numérique et culture », pp. 151-152 ; « Patrimoine culturel», pp. 157-159 ; « Réseaux culturels », pp. 179-180 ; « Technique et culture », pp. 205-206 et « Transmission culturelle », pp. 210-211).

5Au contraire, ce sont ces incessants déplacements qui constituent pour l’auteur l’élément constitutif de ce qu’il convient d’appeler la culture. En effet, nous trouvons de cette dernière la définition suivante : « Elle consiste en des exercices de formation des femmes et des hommes à la capacité à demeurer debout en toutes circonstances, en un déploiement de règles de l’existence multipliant le refus des assignations dans un échange et une solidarité potentiels avec les autres, dans leur proximité et leur altérité » (p. 64). Dans le sillage de ses précédents ouvrages, l’auteur refuse l’assignation d’une finalité normative à la culture, mais confère une certaine figure à cette indétermination, grâce à la notion de spectateur, à laquelle il entend donner un sens actif et non passif, par différence avec la conception classique de la notion (pour le modèle « classique » du spectateur, voir La Figure du spectateur, Éléments d'histoire culturelle européenne, Paris, A. Colin, 2012 ; pour sa critique, voir L’Archipel des spectateurs, Besançon, Nessy, 2012). Ce « devenir spectateur » (p. 198) encouragé par les œuvres conduit à des déplacements et dynamiques qui tâchent d’éviter toute crispation sur soi-même ainsi que toute « résignation » à une forme de présentisme indépassable (p. 183).

6La question des arts et de la culture est donc inséparable d’un enjeu politique, non pas au sens partisan du terme, mais en ce qu’elle engage la construction d’un espace d’existence en commun (pp. 50-51) qui ne saurait être défini a priori par le tracé de quelques frontières, nationales ou continentales. L’auteur refuse symétriquement la réduction du problème de la culture à une simple gestion du fait « culturel », si l’on entend par là « la culture transfigurée en banalité, en gadget ludique pour récréation dominicale, […] un dispositif destiné à faire passer les objets de culture et d’art pour des “biens culturels”, de simples présences ludiques éphémères, destinées à divertir le plus grand nombre, en désamorçant toute critique » (p. 78). Or, il semble que c’est précisément cette charge critique que Christian Ruby cherche à rendre à chacun des termes présentés et qui constitue l’intérêt central de son ouvrage. Ainsi permet-il au lecteur de se réapproprier les principaux concepts autour desquels gravitent les débats contemporains sur la culture et les arts. Qu’il s’agisse de termes canoniques apparemment bien connus (comme l’auteur, le beau, la civilisation, la création, le corps, le goût, le livre, le loisir, le musée, le progrès, le sauvage, la sexualité, la traduction, ou encore le zoo, sur lequel se clôt l’ouvrage), ou de notions qui font l’objet des discussions contemporaines les plus vives (comme l’acculturation, la communication, la culture générale, la démocratie culturelle, l’exception culturelle, l’hégémonie culturelle, les industries culturelles, l’intermittence, le mainstream, la médiation culturelle, le numérique, les réseaux culturels, le tourisme culturel), l’auteur propose une forme de cartographie sommaire qui permet de ressaisir les principales problématiques posées par chacune des notions. Sans prescrire de destination, cet Abécédaire offre une boussole pour s’orienter dans le maquis parfois complexe des significations et des usages. Ainsi rend-il possible ce qui est défini par l’auteur lui-même comme « la logique d’une trajectoire », qui consiste « à partir de tel ou tel état donné pour se confronter à des options nouvelles, sans d’ailleurs chercher à atteindre un autre état censé être définitif » (p. 210).

7Finalement, l’ouvrage parvient à accomplir le programme pédagogique qu’annonçait le titre même d’Abécédaire. L’auteur réussit la périlleuse entreprise de fournir une grammaire élémentaire des arts et de la culture à partir de ses principaux concepts, de ses pratiques et de ses institutions. Par la richesse des références bibliographiques et des pistes de réflexion engagées, le livre donne les moyens au lecteur de poursuivre par lui-même le travail de la pensée qu’il a suscité. Définitivement ouvert, cet abécédaire ne constitue pas un point d’arrivée, mais plutôt un point de départ qui œuvre à son propre dépassement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Barrier, « Christian Ruby, Abécédaire des arts et de la culture », Questions de communication, 28 | 2015, 300-302.

Référence électronique

Thibault Barrier, « Christian Ruby, Abécédaire des arts et de la culture », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10166

Haut de page

Auteur

Thibault Barrier

CHSPM, université Paris 1 Panthéon- Sorbonne, F-75231
thbarrier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page