Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Fréderic Poulard, Jean-Michel Tobelem, dirs, Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession

Paris, Documentation française, coll. Musées-Mondes, 2015, 160 pages
Anna Uboldi
p. 298-300
Référence(s) :

Fréderic Poulard, Jean-Michel Tobelem, dirs, Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession, Paris, Documentation française, coll. Musées-Mondes, 2015, 160 pages

Texte intégral

1L’ouvrage interroge le statut du métier de conservateur de musée. La première impression qu’il laisse est celle d’une proposition complexe résidant principalement dans les multiples niveaux, dimensions et aspects analysés. De fait, le thème est appréhendé selon une pluralité de points de vue, lesquels convergent dans une profonde unité du résultat final. En effet, l’ensemble offre une immersion dans le monde du conservateur et une exploration détaillée des caractéristiques de la profession selon une intéressante perspective de sociologie des professions. Dès les premières pages, émerge clairement la profondeur de l’analyse, qui révèle aussi les compétences pointues des auteurs.

2Ces derniers observent que la faiblesse du corps de métiers des conservateurs repose sur la spécificité intrinsèque de son savoir professionnel. De fait, les conservateurs détiennent des compétences axées sur une recherche esthétique qui, dans le musée contemporain, semblerait jouer un rôle de plus en plus périphérique par rapport aux autres types d’expertise tel celui des gestionnaires. En effet, certaines raisons de l’affaiblissement de la profession sont inhérentes aux transformations des tâches et des caractéristiques organisationnelles des musées autour desquelles émergent aujourd’hui de nouveaux métiers et compétences, comme les managers pour la direction d’établissements. Toutefois, le livre montre aussi des éléments de consolidation de l’autorité des conservateurs, par exemple auprès des corps des restaurateurs (Léonie Hénaut, pp. 83-95) et des commissaires d’exposition (Laurent Jeanpierre et Séverine Sofio, pp. 111-139). Comme l’explique Frédéric Poulard (p. 9), le défi de l’ouvrage est de proposer une « analyse des dynamiques professionnelles dans toute leur complexité ».

3Le livre est composé de trois sections qui sont étroitement liées les unes aux autres. Proposée par François Mairesse et Jean-Michel Tobelem, la première partie (pp. 21-52) reconstruit profondément le processus d’institutionnalisation de la figure du directeur de musée. En ce sens, est proposée une analyse socio-historique de la profession et de sa propre institution formative visant à explorer les raisons des éléments actuels de faiblesse telles les difficultés éprouvées par les conservateurs pour légitimer leurs expertises et fonctions liées à la recherche esthétique. L’excursus historique sur le processus d’institutionnalisation du conservateur offre un début d’explication sur les racines de certaines caractéristiques de leur savoir professionnel qui sembleraient devenues des faiblesses. Si, comme l’explique François Mairesse, la tension entre « l’homme d’affaires » et le « passionné d’art » (p. 23) renvoie au début même de la profession, la substantielle priorité accordée par le corps des conservateurs aux compétences esthétiques a des origines historiques, renvoyant même aux particularités du système français de l’administration publique des musées (pp. 23-37). Jean-Michel Tobelem offre une analyse des dispositifs de formation, en particulier de l’offre de l’Institut national du patrimoine (inp), afin d’expliquer les raisons de la tendance qui s’est progressivement fait jour consistant à confier la direction des principaux musées aux managers et aux hauts-fonctionnaires (pp. 39-52). L’auteur affirme qu’il s’agit du résultat de profonds changements qui ont lieu depuis les années 80 dans le monde du musée en général. Les nouvelles fonctions récréatives, éducatives et sociales du musée contemporain exigent des compétences de gestion qui, de fait, sont étrangères au corps des conservateurs.

4La deuxième partie entre dans le vif de l’analyse des caractéristiques du groupe professionnel étudié. Frédéric Poulard (pp. 55-66) aborde la question complexe des dynamiques existant entre le corps des conservateurs de l’État et le segment professionnel des conservateurs territoriaux. L’auteur se livre à une description détaillée de l’histoire des revendications corporatives sectorielles présentées par les conservateurs territoriaux pendant les années 90 pour obtenir une reconnaissance de leurs pairs. Toutefois, il montre que les modifications législatives liées à la victoire de ces revendications ont eu un effet paradoxal. Pour le ministère, elles sont devenues l’occasion de réduire leur nombre. L’analyse de Frédéric Poulard conduit donc à lire au sein de ces tensions les « germes d’un certain déclin statutaire, dénoncé vingt ans plus tard par la profession » (p. 66).

5Jonathan Paquette aborde la question de l’affaiblissement de l’autorité du conservateur en se concentrant sur le monde anglo-saxon (pp. 67-79). L’auteur propose une argumentation détaillée et convaincante rendant compte de l’obsolescence croissante du travail traditionnel du conservateur. Cette obsolescence étant principalement liée à la vocation d’intégration sociale et à la diffusion du modèle de l’entreprise ; éléments qui s’expliquent par l’insertion des musées dans la logique du marché avec des ambitions pédagogiques. De fait, les nouveaux besoins du musée sembleraient déterminer l’érosion de l’autorité professionnelle du restaurateur. Sous l’égide du mouvement du new management, de la logique de la démocratie culturelle et de la sensibilité postcoloniale, le nouveau musée exige de plus en plus l’expertise de professions nouvelles et variées comme celles d’éducateurs, de gestionnaires administratifs et d’animateurs sociaux (p. 74). Ainsi les conservateurs éprouveraient-ils de plus grandes difficultés à faire valoir leur autorité et leur rôle prééminent dans l’ensemble des tâches nécessaires au fonctionnement du musée. Cette contribution représente à la fois un point de force et une faiblesse de l’ouvrage. En effet, Jonathan Paquette offre un examen de la situation anglo-saxonne tandis que toutes les autres contributions ne traitent que le contexte français. Si, à première vue, ce regard à l’étranger peut sembler curieux en raison des profondes différences avec le système français, on se rend compte que la valeur de l’argumentation va au-delà de la recherche présentée. En ce sens, il serait intéressant de développer une analyse comparative, d’autant que ces tendances semblent avancer dans de nombreux pays, avec des caractéristiques nationales spécifiques.

6La troisième partie de l’ouvrage (pp. 83-139) est consacrée à l’exploration de certaines dynamiques d’interaction et de concurrence avec quelques métiers proches, notamment ceux de restaurateur et de commissaire d’exposition. C’est ainsi que Léonie Hénaut (pp. 83-95) examine la relation entre les conservateurs et les restaurateurs. L’auteur montre que la position dominante des conservateurs sur les restaurateurs est le résultat d’une série de luttes et de négociations qui renvoient à des stratégies cognitives (la définition même de la restauration comme activité scientifique et pas seulement technique), professionnelles (liées à la formation spécifique) et institutionnelles (liées aux pressions législatives). Considérées ensemble, ces stratégies semblent encore permettre aux conservateurs de maintenir leur position dominante en matière d’autorité professionnelle puisqu’ils coordonnent les activités des restaurateurs et qu’ils dirigent les dispositifs de formation et d’habilitation.

7Christelle Ventura (pp. 97-110) propose une vision des conflits entre corps professionnels à travers des événements, querelles et débats qui ont émergé au musée du Quai Branly. Les vicissitudes du musée sont le fruit de tensions emblématiques entre certains corps de métiers. L’analyse se concentre sur les dynamiques entre anthropologues et conservateurs, sur le clivage entre la sensibilité esthétique d’un côté, et le savoir scientifique, la connaissance anthropologique de l’autre côté. Cette étude de cas permet d’ancrer la discussion sur des évènements concrets et actuels et sur leurs cadres discursifs en reliant les dynamiques et les conflits au prisme de la lutte pour la légitimité des savoirs professionnels. En effet, à partir de la première publication du manifeste pour la création d’un nouveau musée dans les années 90, le développement de ce projet a vu nombre de tensions et polémiques. Le musée comporte aujourd’hui une nature hybride d’institution d’exposition, d’ethnologie et d’art. Il est caractérisé par la tension entre « une muséographie esthétiquement plaisante et la présentation de connaissances sur les objets » (p. 104) ; tension qui a conduit à une radicalisation des oppositions entre conservateurs et anthropologues au détriment de leur propre activité professionnelle.

8De leur côté, Laurent Jeanpierre et Séverine Sofio (pp. 11-139) offrent une analyse sociologique centrée sur l’exploration des formes « d’arrangement professionnel » (p. 114), terme qui indique un partage des tâches, une répartition fondée sur la coexistence des dynamiques de concurrence et de coopération. Les auteurs soutiennent que l’accroissement du nombre de commissaires ne peut pas nécessairement être considéré comme le signal d’une déprofessionnalisation des conservateurs. Malgré la forte proximité des tâches de conservation et d’exposition de l’art contemporain, il existe des différences importantes en matière de reconnaissance juridique, sociale et économique qui confirment la domination des conservateurs. En effet, les membres des deux métiers se distinguent profondément en termes de rémunération et de stabilité contractuelle, d’origine sociale et géographique et aussi de sexe. Ainsi ces différences donnent-elles une représentation d’un monde de l’art fortement hiérarchisé, hiérarchie dans laquelle la profession de conservateur se trouve encore au sommet malgré les faiblesses actuelles.

9L’ouvrage offre une incursion sociologique brève mais très détaillée dans la profession du conservateur. Toutefois, l’importance et le mérite de l’analyse ne se limitent pas seulement à cela. Ils permettent de réfléchir sur les changements en cours dans le monde des musées et de l’art en général. C’est un livre fondamental sur le thème des intermédiaires culturels, c’est-à-dire sur les métiers au sein de la gestion de la culture. Il montre aussi l’importance d’une approche sociohistorique des phénomènes culturels. Aussi, bien que l’incursion dans ces études peut dérouter le lecteur novice en ce domaine, elle a le mérite d’offrir un regard nouveau et exhaustif. De fait, les analyses nombreuses et détaillées suscitent de nouvelles curiosités et questions. En particulier, on peut se demander quels sont les changements en cours, en relation aussi aux autres métiers ou figures qui gravitent autour du monde des musées d’art, comme celles du chargé de collections, mais aussi du marchand d’art et du collectionneur. En outre, une remarque intéressante de Séverine Sofio et Laurent Jeanpierre met au jour une piste de recherche sur les relations entre l’autorité symbolique professionnelle, le rôle des institutions de formation et l’origine sociale des tenants de divers métiers artistiques : « La comparaison entre conservateurs et commissaires montre aussi que […] les inégalités de reconnaissance […] correspondent par ailleurs à des inégalités de ressources initiales. Il y a là une leçon plus générale pour l’analyse des mondes de l’art […]. Une analyse plus fine […] permet de distinguer des profils et d’expliquer par les attributs initiaux les phénomènes de stratification interne entre métiers » (p. 138). Cette question serait à approfondir. Enfin, la lecture invite à une exploration comparative élargie qui, comme le texte de Jonathan Paquette le montre, apporterait des nouvelles possibilités de connaissance sur le monde de l’art, caractérisé par des dynamiques de plus en plus internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Uboldi, « Fréderic Poulard, Jean-Michel Tobelem, dirs, Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession », Questions de communication, 28 | 2015, 298-300.

Référence électronique

Anna Uboldi, « Fréderic Poulard, Jean-Michel Tobelem, dirs, Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10162

Haut de page

Auteur

Anna Uboldi

Université Milano Bicocca, ITA-20126
a.uboldi2@campus.unimib.it

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page