Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Frédérique Montandon, Thérèse Pérez-Roux, dirs, Les Médiations culturelles et artistiques. Quels processus d’intégration et de socialisation ?

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Logiques sociales, série Études culturelles, 2014, 263 pages
Fabrice Thuriot
p. 293-295
Référence(s) :

Frédérique Montandon, Thérèse Pérez-Roux, dirs, Les Médiations culturelles et artistiques. Quels processus d’intégration et de socialisation ?, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Logiques sociales, série Études culturelles, 2014, 263 pages

Texte intégral

1Les auteurs de cet ouvrage collectif livrent des réflexions denses sur les médiations culturelles et artistiques, amateurs et professionnelles, avec des jeunes et des adultes, issues du colloque Intégration et socialisation à travers des médiations culturelles organisé à l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne en février 2013 par le Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales (Lirtes, auparavant rev-circeft). L’orientation est clairement annoncée : les médiations culturelles et artistiques servent-elles l’intégration et la socialisation des personnes et comment ?

2L’introduction des directrices de la publication (pp. 7-18) et le premier chapitre de Sylvia Faure (pp. 19-26) sont consacrés à la définition des termes et à la présentation des contributions. Ensuite, l’ouvrage est structuré autour de quatre parties recouvrant trois types de pratiques artistiques et culturelles, à savoir la pratique instrumentale de groupe, l’expression chorégraphique et les arts plastiques, ainsi qu’à l’approche pédagogique et à la rencontre entre le monde des arts ou de la culture et le secteur social. Sociologie, sciences de l’éducation, psychologie sociale, art et animation sont convoqués à l’aide de nombreuses références bibliographiques (dont l’indispensable Donald W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, trad. de l’anglais par Claude Monod et Jean-Bertrand Pontalis, Paris, Gallimard, [1971] 2004) qui s’entrecroisent au fil des chapitres, le tout formant un ensemble homogène.

3Bruno Hubert (pp. 29-55) propose une analyse convaincante du « groupe de musique amateur comme lieu d’interactions générationnelles », en particulier au sein des harmonies. Même si les membres peuvent y participer pour des raisons différentes, tous se retrouvent dans l’objectif d’un résultat le meilleur possible grâce à des moments partagés dans le plaisir et la convivialité. Cécile Prévost-Thomas et Pauline Vessely (pp. 57-76) se focalisent sur le parcours « du musicien médiateur au médiateur musicologue entre intégration sociale et socialisations musicales » à travers une expérimentation menée de 2011 à 2013. Celle-ci offrait une formation à la médiation musicale à des jeunes de l’Orchestre français des jeunes de 16 à 25 ans afin de les mettre en capacité de transmission à des publics éloignés de la culture musicale classique.

4De la musique à la danse, Hélène Brunaux (pp. 79-101) s’intéresse aux « effets des dispositifs spatiaux sur la médiation artistique en danse contemporaine ». La danse dans l’espace urbain participerait « à transformer les représentations du corps dansant, en proposant des formes artistiques plus sociales que techniques » (p. 79). Pour son enquête auprès de 35 chorégraphes et danseurs, 30 spectateurs et 10 intermédiaires culturels conduite à l’aide d’entretiens individuels et collectifs, « la sociologue s’est engagée pendant sept ans dans plusieurs rôles (danseuse, chorégraphe et médiatrice), afin de saisir de “l’intérieur” ce qui se trame et se régule au cours des événements » (p. 80). Ainsi l’auteure identifie-t-elle trois figures d’artistes et de spectateurs : « l’Adepte, le Conceptuel et le Transfuge », avec des médiations, négociations et circulations à géométries variables selon les cas (pp. 87 sq.). Pour sa part, Sophie Le Coq (pp. 103-124) a étudié « des ateliers de danse à visée sociale », provoquant un « effacement de la relation de service et un effacement de la personne » au profit théorique « des relations sociales qui se tissent entre artistes intervenants et participantes » (p. 103), soit « onze à quinze femmes âgées entre vingt-cinq et cinquante ans », volontaires « sur proposition d’un professionnel de l’action sociale ou de l’insertion professionnelle » (p. 104). Pourtant, ce sont des relations individuelles qui sont privilégiées à travers le groupe, répondant ainsi davantage aux intérêts professionnels des intervenants qu’aux effets sur le développement de la personne dans son contexte et son histoire.

5C’est une autre situation d’échange limitée que décrit Sylvie Rouxel dans « Les arts de faire ensemble, une voie vers l’expression émancipée ? » (pp. 127-151). Un projet artistique de co-création de spectacle franco-allemand bâti sur des bases communes se réalise dans des conditions très différentes, voire opposées, pour les partenaires allemands un an après. Les entretiens réalisés deux mois après les représentations avec cinq jeunes (entre 18 et 25 ans) en situation de recherche de formation et d’emploi montrent une réussite de l’expérience de création sur fond de tensions permanentes entre les médiateurs français (Lyon) et allemands (Stuttgart) ayant des conceptions et des pratiques souvent divergentes. Quant à Stéphanie Pryen (pp. 153-177), elle analyse également « les pratiques artistiques et culturelles à l’œuvre dans l’insertion sociale. Ambivalence des déplacements identitaires et des enjeux de reconnaissance » sur fond de politique de la ville, avec des témoignages dans le Nord. L’ambiguïté entre apport de la culture aux personnes reléguées et prise en compte de leur culture propre reste toujours présente malgré les efforts des médiateurs et la réussite pour quelques participants. L’auteure conclut avec la notion de « droits culturels » pour instaurer une réelle « parité de participation » (p. 172). Toujours dans le registre social, Fabienne Moine et Valérie Grazélie (pp. 179-206) traitent de « l’animation socioculturelle. Rencontre entre monde des arts/culture et secteur social », mais cette fois du point de vue de l’animateur suivant une formation. Après avoir (re)défini l’éducation populaire et l’éducation permanente, elles analysent les principes et méthodes avec le groupe comme support de formation et outil pédagogique et concluent notamment « que la polyvalence des équipes d’animation ne peut qu’être bénéfique et susciter l’envie, la motivation des publics pour s’investir dans une action » (pp. 204-205).

6La formation est un terrain également investi par une autre contribution. C’est ainsi qu’Annie Bourdié (pp. 209-232) s’intéresse à « la créativité au cœur des compétences universitaires : l’exemple de la danse à l’Upec [Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne] ». Rappelant les apports de la psychologie et de ses dérivés à la notion de « créativité », l’auteure étend sa recherche aux neurosciences et à l’environnement avant de décliner « la règle des “trois P” [le potentiel, le processus et le produit] et le trinôme “créativité-art-projet”, leviers de la réussite universitaire » (pp. 220 sq.). Ils sont illustrés par deux exemples de mises en œuvre à l’Upec : un atelier de pratique artistique intitulé « Création chorégraphique afro-contemporaine » mêlant tradition et innovation, et un module « Animation, culture, encadrement » pour préparer les étudiants de troisième année de licence en sciences de l’éducation et sciences sociales. De son côté, Frédérique Joly (pp. 233-256) se consacre à la « formation et socialisation des adolescents en école d’art de pratiques amateurs ». Elle s’interroge « sur les différentes formes de socialisation que les adolescents inscrits dans les écoles d’art peuvent rencontrer ainsi que le rôle joué par les agents socialisateurs et prescripteurs tels que les parents » (p. 233). Après une enquête par questionnaires menée dans le Nord-Pas-de-Calais et l’Île-de-France auprès de 627 adolescents de 11 à 16 ans et de 208 familles de 10 écoles de pratiques amateurs et de 172 étudiants (+ 12 entretiens) de 7 écoles supérieures d’art, elle identifie « quatre espaces de socialisation qui contribuent au développement de la personne » de manières séparées : l’école, l’école d’art, l’espace privé et les espaces virtuels (pp. 237 sq.). Souvent revendiquée, l’autodidaxie se mâtine d’apports extérieurs au profit d’une hétérodidaxie, tant dans la prescription, même minoritaire, notamment des parents et proches, que dans le partage et la circulation des informations.

7Les directrices de l’ouvrage concluent « sur trois termes qui émergent des différentes contributions : projet, implication, reconnaissance » avant de mettre « en perspective les enjeux identitaires sous-jacents pour les acteurs, individuels ou collectifs, inscrits dans des dispositifs de médiation artistique et culturelle » (pp. 257 sq.).

8Au-delà de chaque contribution et de la cohérence de l’ensemble de l’ouvrage, nous retiendrons en particulier les apports critiques remettant en cause les bénéfices forcément désintéressés de la médiation artistique et culturelle. S’il est sûr que les intentions des médiateurs (animateurs, artistes, enseignants…) sont la plupart du temps bonnes, des intérêts personnels et des maladresses interviennent souvent, et il n’est pas certain que celles des organisateurs et financeurs le soient toujours (instrumentalisation, voire manipulation pour obtenir la paix sociale). Même dans le cas où des professionnels artistiques, culturels et sociaux sont réunis, l’expérience et l’évaluation des projets culturels de quartier dans les années 1995-1998 (Jean-Michel Montfort, Un nouveau regard sur l’action culturelle et artistique. Réflexions issues d’une commande publique d’évaluation de projet culturel de quartiers, Paris, ministère de la Culture/Délégation interministérielle à la Ville, 1998, accès : http://fr.calameo.com/​read/​000673389a7a580fb0651, consulté le 01/06/15) montrent que les résultats positifs pour les individus des projets à court terme ne changent pas, sauf exceptions, les parcours des personnes à long terme s’ils ne sont assortis de suivi économique et social.

9En définitive, les projets artistiques et culturels sont toujours positifs pour quelques participants actifs, mais ne répondent guère aux enjeux de remobilisation sociale, voire de réinsertion économique qu’ils sont censés produire car ils ne s’inscrivent pas souvent dans la durée… Il manque encore des études longitudinales sur les répercussions des dispositifs de médiation artistique et culturelle sur des jeunes devenus adultes ou sur le devenir d’adultes en requalification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Thuriot, « Frédérique Montandon, Thérèse Pérez-Roux, dirs, Les Médiations culturelles et artistiques. Quels processus d’intégration et de socialisation ? », Questions de communication, 28 | 2015, 293-295.

Référence électronique

Fabrice Thuriot, « Frédérique Montandon, Thérèse Pérez-Roux, dirs, Les Médiations culturelles et artistiques. Quels processus d’intégration et de socialisation ? », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10156

Haut de page

Auteur

Fabrice Thuriot

CRDT, université de Reims Champagne-Ardenne, F-51096
fabrice.thuriot@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page