Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Pascal Dauvin, La Communication des collectivités locales. L’ambivalence politique

Paris, Éd. L’Harmattan/Pepper, coll. Communication, politique, et société, 2015, 174 pages
Vindicien V. Kajabika
p. 287-288
Référence(s) :

Pascal Dauvin, La Communication des collectivités locales. L’ambivalence politique, Paris, Éd. L’Harmattan/Pepper, coll. Communication, politique, et société, 2015, 174 pages

Texte intégral

1Que ce soient les bulletins municipaux, avec une évolution vers une formule city news, sous impulsion de professionnels de la communication entrés en politique, tels Dominique Baudis à Toulouse ou Alain Carignon à Grenoble notamment, les logos régionaux comme ceux de la Bretagne et de l’Île-de-France ou encore les gestes de quête de légitimité des communicants de collectivités territoriales, les terrains servant de plates-bandes à la communication des collectivités locales n’ont cessé de s’étendre et de se multiplier depuis la professionnalisation de la communication et son rôle de plus en plus déterminant dans le fonctionnement et le développement de la société contemporaine, comme l’a déjà constaté Bernard Miège (La Société conquise par la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1989).

2Considérée comme une des chevilles ouvrières de l’organisation sociétale jusque dans les petites agglomérations, la communication des collectivités locales est pratique et processus dans lesquels se croisent local et communication autour de l’administration de la cité. Elle est appréhendée dans ses relations avec d’autres niveaux de l’action publique pensée, met en branle les transformations de l’action publique traduite, cette fois, sous l’angle des dynamiques managériales au niveau des collectivités territoriales (p. 32) et pose la question du lien entre le développement de la communication des institutions et les nouvelles modalités de prise en charge de l’intérêt général, selon Sarah Labelle et Claire Oger (« Les institutions culturelles publiques à l’épreuve de la gouvernance : communication et reconfiguration politique », pp. 147-160, in : Aldrin P., Hubé N., Ollivier-Yaniv C., Utard J.-M., dirs, Les Mondes de la communication publique. Légitimation et fabrique symbolique du politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014) qui émettent l’hypothèse selon laquelle l’intérêt général, du fait des contraintes ou de choix budgétaires et managériaux, n’est plus l’exclusivité de l’administration et des services publics.

3Aujourd’hui, penser la communication des collectivités locales suppose une triple caractéristique. D’abord, être un objet en soi dont on peut faire un découpage fictif. Ensuite, être une activité à appréhender dans ses relations avec d’autres niveaux d’activités territoriales, quitte à la projeter dans des catégories imposées par l’État. Enfin, être une instance organisatrice et productrice de valeur ajoutée, qui vient affirmer, à partir de l’exemple de la culture, que la place croissante accordée aux acteurs non étatiques redessine les contours du politique. Cela rappelle les travaux de Sarah Labelle et Claire Oger (ibid.) sur la communication des institutions publiques, en essayant de montrer comment les discours et l’organisation matérielle des sites web d’instances locales sont enchâssés dans des logiques nationales et internationales intéressant des institutions publiques et privées. Aussi cela corrobore-t-il le fait que les pouvoirs publics imposent des cadrages incitant à penser le territoire en termes de partenariat avec le secteur marchand et à légitimer la culture en termes de créativité économique, de sorte que l’échelon local devienne le lieu de valorisation d’une gouvernance associant acteurs publics, opérateurs privés et différentes figures de l’usager en tant que consommateur, citoyen, habitant, administré notamment.

4C’est avec ce regard multidisciplinaire mêlant la science politique à la sociologie pour expliquer la communication, tout en combinant des approches épistémologique et socio-économique notamment, que Pascal Dauvin, politologue spécialiste des organisations non gouvernementales et humanitaires, a entrepris de croiser plusieurs approches permettant de désenclaver la communication des collectivités locales par une articulation aux logiques du métier politique.

5Dans cet exercice, l’auteur essaie brillamment de montrer comment les élus et leurs auxiliaires organisent la communication, recrutent, assignent une place, valident et font confiance, imposent telle ou telle idée, un agenda… Il analyse les manières dont ces acteurs inscrivent les communicants dans un ordre institutionnel où chacun négocie la signification politique de ses actes en fonction de sa socialisation, de ses croyances, de la hiérarchie, des expertises concurrentes ou des intérêts en présence.

6L’un des points majeurs de l’ouvrage est de n’avoir point considéré uniquement la communication des collectivités locales comme un objet en soi, mais aussi et surtout comme un terrain exemplaire pour accéder aux nouvelles formes de dominations symboliques et aux redéfinitions des identités locales. Selon son auteur, l’ouvrage est édifiant sur les transformations de l’action publique, les justifications et les pratiques légitimes dans les sociétés démocratiques (pp. 145-148).

7C’est dire combien l’approche politique a suffisamment été mise à contribution, pour essayer de faire valoir l’ambivalence politique dont fait l’objet la communication des collectivités locales, dans diversité. Cette ambivalence politique se manifeste par la politisation et la dépolitisation du terrain d’exercice, assortiment servant, comme dans un oxymore, de paradoxe de cette activité qui renouvelle et inscrit la pratique communicationnelle dans une dynamique perpétuellement rénovatrice et évolutive, socialement ancrée et curieusement en rupture avec les habitudes consacrées (pp. 123-141).

8C’est seulement au cours de cet exercice multisciplinaire que l’auteur semble simplifier l’analyse de son objet de recherche. En effet, on repère souvent une complexification de ses analyses, laissant penser qu’il y aurait eu mieux à faire. C’est d’ailleurs là que se situe le reproche qu’on pourra faire à l’ouvrage. Par exemple, comment imaginer que nulle part n’est défini ce que l’on entend par communication des collectivités locales.

9Le recours à une riche description croisant plusieurs approches, aussi cruciales que complémentaires, pour illustrer la communication des collectivités locales, finit par donner l’impression que la maîtrise de son objet de recherche n’est que partiellement réalisée. En outre, l’ouvrage aurait été plus pertinent s’il avait pu déboucher sur une définition idéal-typique de la communication des collectivités locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vindicien V. Kajabika, « Pascal Dauvin, La Communication des collectivités locales. L’ambivalence politique », Questions de communication, 28 | 2015, 287-288.

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, « Pascal Dauvin, La Communication des collectivités locales. L’ambivalence politique », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10150

Haut de page

Auteur

Vindicien V. Kajabika

Cim, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, F-75005
vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page