Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Amaleena Damlé, éd., Gill Rye, collab., Aventures et expériences littéraires. Écritures des femmes en France au début du vingt-et-unième siècle

Amsterdam, Rodopi, coll. Faux titre, 2014, 336 pages
Monique Jucquois-Delpierre
p. 284-287
Référence(s) :

Amaleena Damlé, éd., Gill Rye, collab., Aventures et expériences littéraires. Écritures des femmes en France au début du vingt-et-unième siècle, Amsterdam, Rodopi, coll. Faux titre, 2014, 336 pages

Texte intégral

1Il serait impardonnable de passer sous silence les études personnelles et rigoureuses, réunies et éditées par Amaleena Damlé avec la collaboration de Gill Rye. Cette note courte renvoie à une analyse plus longue facilement accessible sur la toile (accès : https://www2.hhu.de/​jucquois/​publikation.php). Car rédiger une « note de lecture » sur ce livre attachant, c’était forcément se lancer dans une suite de lectures ou relectures d’écrivaines originales, passionnantes, qui interpellent par leur manière nouvelle d’appréhender l’Histoire, les gens, les choses et les événements. C’était vouloir avec les auteures d’Aventures et expériences littéraires ressentir et repenser la vie et la société sous des angles auxquels une littérature plus traditionnelle ne nous avait pas habitués.

2Selon les éditrices, il s’agirait des Écritures des femmes en France au début du vingt-et-unième siècle. Ce siècle commençant à peine, peut-être faudrait-il parler d’écriture de femmes et pas des femmes. En effet, certaines auteures comme Fred Vargas manquent à l’appel. Mais le genre « policier » n’a-t-il pas toujours été négligé par la critique littéraire malgré la présence difficile à éluder d’Agatha Christie ou du père de Maigret ? Il est vrai aussi que toutes les écrivaines analysées dans l’ouvrage en imposent par une vision et une écriture personnelles qui permettent « d’explorer, à travers la littérature, la construction (et la déconstruction) de l’identité féminine, les relations changeantes (familiales, sexuelles) entre soi et autre, et les questions culturelles, sociales et politiques auxquelles les femmes sont confrontées dans la particularité de la société française actuelle » (p. 7). Amaleena Damlé et Gill Rye ont voulu consacrer l’ouvrage à des « aventures » les unes plus autobiographiques (pp. 19-141), les autres plus largement sociales, politiques et philosophiques (pp. 143-282), sans que dans aucune de ces deux parties, la part d’expériences personnelles ou collectives, de dynamique créatrice et d’originalité littéraire ne soient absentes.

3À cet égard, l’une des écrivaines les plus extraordinaires est sans doute Annie Ernaux à laquelle deux chapitres sont consacrés : « Les Années, une “autobiographie collective” » par Isabelle Charpentier (pp. 75-92) et le chapitre de Fabien Arribert-Narce consacré à l’examen de « l’écriture photo-socio-biographique » d’Annie Ernaux, « une écriture de vie, tournée vers le dehors, le témoignage » (pp. 57-74). Annie Ernaux introduit aussi le livre par le biais de la première citation du premier article par ailleurs consacré à Christine Angot, « La singlerie de l’écrivain, au-delà du leurre de l’identité », signé par Anne-Marie Picard (pp. 21-37). Celle-ci y reprend la réflexion d’Annie Ernaux sur son histoire littéraire en expliquant que « les formes narratives choisies ou plutôt qui se présentent aux femmes aujourd’hui racontent l’histoire littéraire de la deuxième moitié du vingtième siècle mais aussi la venue des femmes à la liberté. La « terrible liberté » dans les formes d’écriture d’aujourd’hui retrace parallèlement l’advenue des femmes à une autonomie de sujets » (pp. 21-22).

4De nombreux articles ou chapitres du livre sont une occasion pour leurs auteurs d’étudier des formes littéraires, des concepts, événements ou phénomènes sociaux qui leur sont personnels ou qu’ils ou elles se sont appropriés.

5Laureline Amanieux a choisi de repenser le roman Personne (Paris, Mercure de France, 2009) de Gwenaëlle Aubry (pp. 93-106) en le recadrant dans un type de narration, « le récit siamois » (p. 93) et des formes de narrativité d’après Paul Ricœur (p. 96). Le chapitre d’Amaleena Damlé, « “Multiple et changeante” : amour, connaissance et fragilité dans Nos baisers sont des adieux » (pp. 125-141), étudie une évolution de l’amour et de sa philosophie avec Judith Butler et Alain Badiou (pp. 129 sqq.) dans le « collage de fragments » de Nina Bouraoui (p. 129). Lori Saint-Martin signe le chapitre consacré aux liens familiaux, « Le rapport frère-sœur comme signe de la mixité dans le roman français contemporain des femmes » (pp. 177-194). Ce texte est aussi remarquable par sa systématique que dramatique dans ses conclusions : « Mort et mort encore, silences, fuites, trahisons, ravages. Le corps à corps frère-sœur se révèle avec une fréquence surprenante, incestueux ou violent, parfois les deux à la fois. Comme si la bonne distance était impossible à trouver et la solidarité, hors d’attente » (p. 194). Dans sa contribution, « Ciel mon mari ! Le conjugal chez Catherine Cusset, Agnès Desarthe et Alice Ferney » (pp. 161-176), France Grenaudier-Klijn réunit trois romans pour rendre compte de la conjugalité et du mariage dans la société (du care) : Un brillant avenir de Catherine Cusset (Paris, Gallimard, 2008) ; « Mangez-moi » d’Agnès Desarthe (Paris, Éd. L’Olivier, 2006) ; et Paradis conjugal d’Alice Ferney (Paris, A. Michel, 2008). France Grenaudier-Klijn écrit qu’elles « parviennent » toutes trois « à une relecture et une réécriture originales de la thématique matrimoniale. Entre l’amour-passion fondé sur la satisfaction personnelle et l’autonomie individuelle, et l’amour-don basé sur la préséance de l’autre et l’élan désintéressé, elles cherchent à cerner l’évolution de l’ego conjugal, en insistant sur la responsabilité dévolue à chacun des partenaires et en privilégiant la volition » (p. 167).

6Un phénomène social violent lié à la sexualité fait l’objet du chapitre de Virginie Sauzon, « Ni victime ni coupable : Virginie Despentes, de la pratique littéraire à la théorie » (pp. 145-159). Elle ouvre la seconde partie, qui met l’accent sur le social, le politique et/ou le philosophique.

7Le corps est « la clé de voûte des rapports humains dans l’œuvre de Detambel particulièrement dans son étude de la sénescence », rapporte Cécilia Gil (p. 210). Celle-ci explore « les multiples fractures de la vieillesse », comment Régine Detambel (pp. 195-211) « écrit la vieillesse » dans Le Syndrome de Diogène. Éloge des vieillesses (Arles, Éd. Actes Sud, 2007) ou dans ces romans Noces de chêne (Paris, Gallimard, 2008), sorte de « Philémon et Baucis » des temps modernes, Mésanges (Paris, Gallimard, 2003) et Le Long Séjour (Paris, Julliard, 1991).

8Un autre concept, « l’étrangeté », préoccupe trois écrivaines de l’immigration, Natacha Appanah, Fatou Diome et Sumana Sinha dont Alison Rice (pp. 213-229) qui nous fait apprécier la réflexion à la lumière des écrits de Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes (Paris, Fayard 1988). Le concept d’« identité » est étudié par presque chaque auteur, mais mieux que personne par Gwenaëlle Aubry qui termine ainsi son roman : « Mon père n’était pas comme les autres, il était les autres » ; « Peut-être a-t-il trouvé, dans le désert blanc de la mort, ce que depuis toujours il cherchait : le droit enfin de ne plus être quelqu’un ? » (Amanieux, p. 100 ; Aubry, Personne, Paris, Mercure de France, 2009, p. 159)

9L’humain et le surnaturel ou le magique s’analysent notamment chez Thangam Ravindranathan dans « Le destin secret de la chair : réflexions sur deux récits de Marie NDiaye » (pp. 251-266). Elle cite Emmanuel Levinas et son texte émouvant, Nom d'un chien ou le droit naturel (p. 256). La fin et la finalité sont laissées à Marinella Termite (pp. 267-282) qui « identifie les contours de la fin » « de Michèle Desbordes à Céline Minard » en s’appuyant « sur un sens si évanouissant et multiforme comme le goût », « Le goût de la fin » (pp. 267-268). En effet, elle s’aperçoit que « dans les pratiques actuelles, la notion de fin doit faire face au virtuel qui brise tout cadre et toute limite au nom du possible » (p. 267).

10De nombreux textes étudiés sont des autobiographies, que cela soit dans la première ou la seconde partie. Le Cri du sablier de Chloé Delaume (Tours, Farrago/L. Scheer, 2001) est une autofiction, un drame sanglant, raconté à la première personne au rythme spécifique et envoûtant (pp. 39-56). L’écrivaine, que cela soit Annie Ernaux, Chloé Delaume, Catherine Cusset ou Virginie Despentes, engage sa personne et son identité imbriquées dans une société qu’elle décrit consciemment ou non. Même dans le fantaisiste « Petroleum » (Paris, Denoël, 2004), « une mythopoésis postcoloniale » (pp. 231-249), on trouve des éléments de la biographie de son auteure, Bessora. Marie Carrière en propose une analyse qui se veut double : celle d’une « historiographie postcoloniale » en même temps que « récit mythique » d’abord ; celle, ensuite, d’une critique du néocolonialisme et d’une perspective féministe (p. 236). Médée et la « sirène-déesse Mamiwata, figure à la fois de bienséance et de destruction », donnent un souffle mythique à l’histoire du Gabon et de sa multinationale pétrolière, liée aux origines et à la vie de Bessora (p. 231).

11De nombreuses études psychanalysent en quelque sorte les auteures : Anne-Marie Picard analyse Christine Angot ou Chloé Delaume (pp. 25, 29, 31, 35) ; Thangam Ravindranathan (pp. 251-266), Marie NDiaye, sa soif de reconnaissance et sa peur du chien qui marque la frontière entre l’humain et l’inhumain (Ladivine, Paris, Gallimard, 2013 ; « En famille » Paris, Éd. de Minuit, 1990) ; Catherine Rodgers « psychanalyse » la relation de Nathalie Rheims avec son père en plaçant dans un rapport de cause à effet le « Silence du père, écriture de la fille dans Les Fleurs du silence » (pp. 107-123). Valérie Dusaillant-Fernandes montre comment Chloé Delaume « déroute le lecteur par ses procédés stylistiques dans Le Cri du sablier » (pp. 39-56). Celle-ci se décrit elle-même comme « personnage secondaire d’une fiction familiale et figurante passive de la fiction collective » (Picard, p. 25 ; Chloé Delaume,  S’écrire mode d’emploi, Toulouse, Publie.net, 2008). Le Cri du sablier, au rythme spécifique et envoûtant, est une autofiction qui, racontée à la première personne, délivre l’auteure d’un drame sanglant.

12On pourrait mettre en écho des textes de nombreuses écrivaines étudiées. Dans Baise-moi, (Paris, J’ai lu, [1994] 2012, p. 176), Virginie Despentes raconte : « Ça me fait penser au conte de la petite sirène. L’impression d’avoir consenti un énorme sacrifice pour avoir des jambes et te mêler aux autres. Et chaque pas est une douleur intolérable. Ce que les autres font avec une facilité déconcertante te demande des efforts incroyables ». Et Nina Bouraoui enchaîne peut-être dans Nos baisers sont des adieux (p.154, Paris, J’ai lu, 2012) : « Il (Julien) voulait être comme les autres, même si nous ne savions pas qui étaient les autres, de quoi ils étaient faits (remords, espérances), ne sachant pas qui nous étions nous-mêmes vraiment ».

13Notre compte rendu complet accompagne les auteurs de chaque article de même que les écrivaines auxquelles toutes et tous rendent hommage à leur façon (accès : https://www2.hhu.de/​jucquois/​publikation.php). Dans son introduction (pp. 5-18), Amaleena Damlé avait déjà repris chaque auteur en montrant les chemins suivis par son livre et celui de sa coéditrice.

14On abandonne à regret ce livre qui en contient beaucoup d’autres. Il est suivi d’une bibliographie complète (pp. 283-307) qui reprend l’ensemble des auteurs, œuvres primaires et secondaires. En toute fin, on a la joie d’y trouver un index fort riche et précis, inespéré dans ce genre d’ouvrage (pp. 315-333). Il montre que les contributeurs, répertoriés à la suite de la liste bibliographique (pp. 309-314), ont travaillé en réelle harmonie. L’ouvrage est très bien construit, chaque contribution suit un modèle de structure similaire et le lecteur ne se perd en rien dans la multiplicité des auteurs étudiés. De manière systématique, on trouve résumées, introduction, questions de recherche et conclusion.

15Rédiger une note sur toutes ces lectures conduisait à étudier qui embrassait toute une population d’auteurs, de journalistes, de lecteurs, dans un labyrinthe sans fin où se perdre est délicieux. La richesse d’Aventures et expériences littéraires n’a d’égale que celle des nombreuses auteures aux talents et expériences multiples dont l’ouvrage se nourrit. Aussi cette étude est-elle un petit bijou. Marie-Laure Delorme disait, elle aussi, dans Le Journal du Dimanche, en parlant du nouveau roman de l’une des écrivaines analysées dans cette étude, Virginie Despentes : « On peut faire tourner Vernon Subutex entre ses doigts comme une pierre précieuse changeant de couleur à la lumière du jour » (accès : http://www.grasset.fr/​vernon-subutex-2-9782246857365)

16Ces écrivaines échapperont-elles au temps ? Pourquoi ne pas croire à la suggestion de Régine Detambel (Opéra sérieux, Arles, Actes Sud, [2012] 2014, p. 73) : « On dit que, vers minuit, il se fait une fente minuscule entre le jour qui finit et celui qui commence, et qu’une personne très agile qui parviendrait à s’y glisser sortirait du temps et trouverait un royaume où seraient amassées toutes les choses qu’elle a perdues, aussi bien des poupées que des petits chats »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Jucquois-Delpierre, « Amaleena Damlé, éd., Gill Rye, collab., Aventures et expériences littéraires. Écritures des femmes en France au début du vingt-et-unième siècle », Questions de communication, 28 | 2015, 284-287.

Référence électronique

Monique Jucquois-Delpierre, « Amaleena Damlé, éd., Gill Rye, collab., Aventures et expériences littéraires. Écritures des femmes en France au début du vingt-et-unième siècle », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10148

Haut de page

Auteur

Monique Jucquois-Delpierre

Université Heinrich Heine, Düsseldorf, D-40225
juquois@uni-duesseldorf.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page