Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Souplesse et permanence de la médiation culturelle

Le cas de la visite découverte du musée du Louvre
Permanence and Plasticity in Reaching the Public: A Case Study of The “introductory guided tour” at the Louvre Museum
Delphine Saurier et Sarah Ghlamallah
p. 251-272

Résumés

À l’heure de la politique des publics, de la segmentation d’une partie de l’offre de médiation culturelle et de la montée en puissance d’usages plus individualisés, comment le principe d’une médiation culturelle grand public est-il envisagé et appréhendé au musée ? L’article propose une réflexion sur le sujet à partir de l’analyse de données issues d’un travail de recherche empirique mené au musée du Louvre, explorant un dispositif de médiation culturelle en particulier : la visite découverte. En identifiant un triple cadre (de l’institution, des conférenciers et des pratiques de réception des visiteurs), il montre comment, pour certains de ses acteurs (conférencier et visiteurs), les usages et les enjeux de la visite découverte aboutissent à un phénomène de concrétion, assurant la stabilité du dispositif muséal dans un contexte pourtant en forte évolution.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La visite découverte : un format institué, un large public
Du dispositif institutionnel aux cadres de la médiation humaine 
Le pont des Arts d’où l’on apprend à regarder
Le laboratoire de médiation culturelle ou la tentative professionnelle de tout englober
Le Louvre : espèce (particulière) d’espaces donnée à voir
Expérience dirigée et jugement critique du visiteur
« Ouvrir l’esprit » avec une « visite tout public »
« Voir l’essentiel » avec une « visite grand public »
« S’initier » avec une « visite pour primo-visiteur »
Souplesse et permanence d’un dispositif de médiation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si le grand public et le tout public sont encore présents sur quelques brochures et sites internet de musées, on leur préfère aujourd’hui la notion de publics spontanés. Les institutions culturelles considèrent ceux-ci au mieux selon une politique de fidélisation, au pire en termes de gestion des flux. C’est pourquoi les dispositifs qui les accompagnent sont majoritairement pensés et développés au rythme des évolutions technologiques et numériques. Parallèlement, l’identification des publics spécifiques, éloignés, empêchés accompagne le développement d’une politique des publics selon un principe de démocratisation culturelle. Le musée cherche à développer de nouveaux usages et à prendre ses distances avec une certaine verticalité historique. La définition du musée proposée par le Conseil international des musées (icom, s. d.) depuis 2007 décrit un musée « sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouvert au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Saurier et Sarah Ghlamallah, « Souplesse et permanence de la médiation culturelle », Questions de communication, 28 | 2015, 251-272.

Référence électronique

Delphine Saurier et Sarah Ghlamallah, « Souplesse et permanence de la médiation culturelle », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10124 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10124

Haut de page

Auteurs

Delphine Saurier

SciencesCom
Audencia Nantes School of Management
F-44000
dsaurier@sciencescom.org

Articles du même auteur

Sarah Ghlamallah

Centre de recherche sur les liens sociaux
Université Paris Descartes
F-75006
sarah.ghlamallah@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page