Navigation – Plan du site
Échanges

Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication

Materialism as Principium of an Agenda for Critical Communication Research
Fabien Granjon
p. 157-190

Résumés

On se propose d’évaluer quelques-unes des tensions qui traversent les sciences de l’information et de la communication aux prises avec la critique : quels rapports entretient la communication (entendue comme région épistémologique) à la critique ? Ensuite, au creuset des premiers travaux conduits par Armand Mattelart, on envisage de considérer la perspective matérialiste comme constituant le principium d’un « agenda de la recherche critique en communication » : quels horizons d’analyse le matérialisme critique permet-il d’ouvrir ? Enfin, on revient sur la question de la praxis, c’est-à-dire sur les profits pratiques attendus par ladite approche matérialiste, et on considère, ainsi, ce qu’induit de vouloir relever le défi critique des exigences de la pratique sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Quels rapports entretient la communication à la critique ?
De la critique comme pathologie
Critique et communication
Quels horizons d’analyse permet d’ouvrir le matérialisme critique ?
Ordre social, totalité et communication
Idéologie, conscientisation et communication
Résistances populaires et communication
Critique et praxis
Sciences critiques et critique des sciences
De la division sociale du travail (intellectuel)
De la rencontre du savant et du politique
Des sciences critiques/publiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Que pourrait être un agenda de la recherche critique en communication ? Voilà livrée de façon quelque peu abrupte mais parfaitement claire, la question à laquelle nous avons été invité à répondre dans le cadre de la rubrique « Échanges » de Questions de communication. Relever la gageure de cette amicale proposition occasionne cependant d’accepter l’inévitable déflexion de l’interrogation de départ dans la mesure où celle-ci rencontre très vite une série d’obstacles qui en diffracte les attendus. En effet, concevoir qu’il puisse y avoir un agenda de la recherche critique en communication nécessite d’essayer de répondre, a minima, à un ensemble de sous-questions portant sur la critique, la communication, les sciences qui se prévalent de l’une et/ou de l’autre. Ces questionnements, nous pourrions les qualifier de subsidiaires, non en ce qu’ils sont secondaires mais, a contrario, en ce qu’ils sont essentiels pour saisir ce qui pourrait constituer le contenu possible d’un programme de re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Granjon, « Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication », Questions de communication, 28 | 2015, 157-190.

Référence électronique

Fabien Granjon, « Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10096 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10096

Haut de page

Auteur

Fabien Granjon

Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation
Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
fabien.granjon@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page