Navigation – Plan du site
Échanges

Interroger les « cadres normatifs » en mutation dans l’enseignement supérieur et la recherche à travers les phénomènes de plagiat universitaire

Questioning the Evolution of “Normative Frameworks” in Higher Education and Research through Academic Plagiarism
Brigitte Simonnot
p. 145-156

Résumés

Le plagiat universitaire soulève des questions de déontologie quand il s’agit de celui des chercheurs et, plus généralement, des questions d’éthique dans l’enseignement supérieur et la recherche. Le sujet est sensible et les modalités d’action contre les manifestations de ce phénomène avancent très lentement. Les pratiques de plagiat n'interrogent pas seulement les principes moraux des individus qui s’y livrent, mais aussi les mutations de l’organisation académique, les responsabilités des acteurs de l’édition scientifique et de ceux qui font la science, ainsi que la place de l'auteur dans un « ordre documentaire » bousculé par les pratiques de publication en ligne.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article de Brigitte Simonnot, « Le plagiat universitaire, seulement une question d’éthique ? » (2014), a donné lieu à des « Échanges ». Il revient donc à celle-ci de répondre aux chercheurs qui ont discuté ses propositions.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Dépasser l’émotion suscitée par les cas de plagiat
Des modalités de publication et d’édition scientifique reconfigurées
Ordre académique, ordre juridique et ordre des propriétés
Place de l’auteur dans un nouvel ordre documentaire 
Aider à l’appropriation : former encore et toujours
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans la rubrique « Échanges » de la 27e livraison de Questions de communication, plusieurs auteurs ont accepté de prolonger le débat ouvert sur le plagiat universitaire et ils méritent d’être remerciés pour les éclairages et approfondissements qu’ils apportent à la compréhension du phénomène. Ma contribution initiale (Simonnot, 2014) proposait de dépasser les questions d’éthique pour appréhender le phénomène du plagiat, en examinant les modalités de « traitement » de ce qui est perçu comme des pratiques déviantes dans l’enseignement supérieur et la recherche (esr), que ce soit chez les étudiants ou chez les enseignants/chercheurs. Il s’agissait aussi de nous interroger sur les remèdes à apporter pour lutter contre le phénomène, en veillant à ce que ces derniers n’introduisent pas une autre forme de toxicité dans nos univers académiques. Parmi les actions identifiées, j’appelais à renforcer les formations à la littéracie informationnelle – et à sa déclinaison plus exigeante dans l’es...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Simonnot, « Interroger les « cadres normatifs » en mutation dans l’enseignement supérieur et la recherche à travers les phénomènes de plagiat universitaire », Questions de communication, 28 | 2015, 145-156.

Référence électronique

Brigitte Simonnot, « Interroger les « cadres normatifs » en mutation dans l’enseignement supérieur et la recherche à travers les phénomènes de plagiat universitaire », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10090 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10090

Haut de page

Auteur

Brigitte Simonnot

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-54000
brigitte.simonnot@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page