Navigation – Plan du site
Dossier. Plasticité des dispositifs numériques

Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts

D’une reconfiguration des rites funéraires
Socio-digital platforms uses and communication with the Dead. A reconfiguration of funeral rites
Hélène Bourdeloie
p. 101-125

Résumés

Prenant appui sur des travaux à l’intersection de la sociologie de la mort, de la sociologie de l’individu et des sciences de l’information et de la communication, cet article étudie la façon dont les dispositifs socionumériques, par leurs spécificités, réintroduisent la mort sur la scène sociale et engendrent de nouveaux rituels funéraires. Esquissant une typologie des usages des dispositifs numériques mémoriaux, il montre que les usages des données numériques post mortem dépendent fortement des possibilités, contraintes et formats de ces dispositifs. Ainsi, en raison de l’expressivité qui les caractérise, ces dispositifs concourent-ils tant à reconfigurer la communication avec les morts, et notamment l’identité numérique post mortem, que le processus de deuil.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Précisions méthodologiques
Processus de deuil et pratiques connectées
Du déni de la mort à sa visibilité à l’ère des dispositifs socionumériques
L’existence numérique post mortem en question
De la reconfiguration du processus de deuil à l’ère des dispositifs socionumériques
D’une suppression de l’identité numérique du défunt
De la création d’espaces mémoriaux en ligne dédiés : loyalisme envers le défunt
La mise en scène de nouvelles ritualisations et expressions du deuil
Conclusion

Aperçu du début du texte

Avec le développement des dispositifs socionumériques, se posent des questions tant sur le statut et le devenir de l’identité numérique des morts que sur les usages de leurs données par les endeuillés. Entre persistance des traces numériques d’un internaute décédé, messages envoyés automatiquement depuis sa boîte électronique ou son profil Facebook et alimentation de sa propre messagerie ou de ses profils par ses proches, ou encore création de sites web dédiés (blogs, cimetières virtuels, sites web mémoriaux, etc.), les usages de ces données numériques post mortem, tout comme leur rôle dans le processus de deuil, encore peu étudiés en France, font l’objet d’un projet de recherche sur lequel nous travaillons actuellement et sur lequel cet article prend appui.

étudier ces questions, c’est être à l’intersection de plusieurs disciplines et méthodologies ad hoc. En effet, comment comprendre les usages des dispositifs numériques – qu’il s’agisse de réseaux socionumériques généralistes com...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bourdeloie, « Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts », Questions de communication, 28 | 2015, 101-125.

Référence électronique

Hélène Bourdeloie, « Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10069 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10069

Haut de page

Auteur

Hélène Bourdeloie

Laboratoire des sciences de l’information et de la communication
Université Paris 13
F-93430
helene.bourdeloie@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page